Exportation : trois nouvelles zones franches verront le jour

Exportation : trois nouvelles zones franches verront le jour

Les zones franches d’exportation au Maroc s’élargissent. Dakhla, Laâyoune et Kénitra se dotent elles aussi de leurs propres zones pour accompagner leurs programmes de développement.
Dans le Bulletin officiel du 21 janvier 2010, le ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies annonce la création de trois zones franches d’exportation à Dakhla, Laâyoune et Kénitra. Ainsi, vu la loi relative aux zones franches d’exportation examinée par le Conseil des ministres le 26 novembre 2009, une zone franche d’exportation verra le jour dans la province d’Oued Eddahab, dénommée zone franche d’exportation de Dakhla. Elle sera réalisée sur un terrain faisant partie du domaine public portuaire d’une superficie totale de 13,5 hectares. Les activités autorisées à s’implanter dans cette zone franche sont les industries agroalimentaires, les activités de congélation, de traitement et de transformation des produits de la mer, les activités de congélation et de transformation de produits agricoles et les industries du textile et cuir. Mais, également, les industries métallurgiques, mécaniques, électriques et électroniques, les industries plastiques et industrie de l’emballage, les activités et services en relation avec la logistique portuaire, les industries de construction et de réparation navale, les activités de stockage sous froid des produits de la mer et enfin les activités commerciales et services liés aux activités précitées. Parallèlement, deux zones franches d’exportation verront le jour à Laâyoune sous la dénomination «Zone franche d’exportation de Laâyoune I» et «Zone franche d’exportation de Laâyoune II». La première sera réalisée sur un terrain d’une superficie de 34,3 hectares et la seconde sur une superficie de 109,9 hectares. Et comme la zone franche d’exportation de Dakhla, les deux zones franches autoriseront les mêmes activités à s’implanter sur leurs terrains. Quant à la zone franche d’exportation de Kénitra, elle s’étalera sur le terrain collectif d’Ouled Bourahma d’une superficie globale de 344 hectares. Cependant, les activités autorisées à s’implanter dans cette zone franche sont les industries agroalimentaires, les industries du textile et cuir, les industries métallurgiques, mécaniques, électriques et électroniques incluant l’industrie automobile, les industries chimiques et parachimiques, ainsi que tous les services liés aux activités précitées. Aussi, la liste définitive des services liés aux activités autorisées à s’implanter dans toutes les zones franches, dont il a été décidé la création, sera fixée par arrêté conjoint du ministre de l’Industrie et du Commerce et du ministre des Finances, sur proposition de la commission nationale de zones franches d’exportation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *