Finance climat: Les six commandements du GPBM

Finance climat: Les six commandements du GPBM

Après que le secteur financier a présenté sa feuille de route relative au développement durable, c’est au tour de la communauté bancaire marocaine de dévoiler sa vision d’une finance verte.

othmane-benjelloun-finance-climat-gpbm-cop22-marrakechOthmane Benjelloun, président du Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM), a énuméré lors d’un atelier organisé dans le cadre de la COP22 les engagements des banques nationales. Ces engagements sont de l’ordre de six et illustrent clairement l’adhésion du secteur bancaire dans une dynamique de finance responsable. «Ces engagements pourraient symboliser l’acte fondateur que va représenter la déclaration des banques marocaines pour promouvoir la finance climat», explique à cet égard Othmane Benjelloun. Le premier engagement pris par la communauté bancaire est celui d’adopter de façon définitive une démarche de développement durable fondée sur l’intégration des enjeux environnementaux sociaux et de gouvernance dans l’exercice des activités de financement, d’investissement, de gestion d’actifs et de conseil des banques marocaines. Le GPBM s’engage par ailleurs à ce que le secteur bancaire et financier marocain devienne un acteur connu et reconnu en matière de finance responsable. «Ceci passera par le renforcement de la coopération sur le plan international, régional et continental, une coopération qui privilégie l’utilisation de référentiels, de pratiques et de standards internationaux communs», apprend-on de Othmane Benjelloun. Le troisième engagement pris par les banques consiste à mettre l’accent sur l’innovation. «Le but étant de mobiliser des ressources «vertes» issues de l’épargne verte, de lignes de crédit internationales et multilatérales, outre des obligations vertes – Green Bonds – pour financer les investissements utilisant des solutions et technologies bas carbone», indique le président du GPBM.

La communauté bancaire prend également un engagement vis-à-vis de ses clients pour les conduire à intégrer dans leurs stratégies les risques et opportunités liés au risque carbone, à multiplier les financements d’énergies renouvelables, de même qu’à promouvoir auprès d’eux les moyens de paiement moins générateurs de CO2 (carbone) tels que les moyens électroniques de paiement dans le cadre de programmes de digitalisation des services bancaires et de Mobile Banking. Le cinquième engagement concerne, pour sa part, le renforcement de l’inclusion financière dans les sociétés ainsi que la contribution des banques aux causes d’intérêt général. «Nous le ferons en œuvrant à élargir l’accès des services bancaires et financiers au plus grand  nombre, en accompagnant les projets pouvant avoir un impact environnemental, notamment ceux des TPME ou des particuliers, en promouvant la formation et l’éducation financières aux préoccupations environnementales et de finance durable», s’engage M. Benjelloun.

Le dernier engagement est d’ordre éthique, visant à garantir la loyauté des pratiques, le  dialogue permanent avec l’ensemble des parties prenantes de la finance durable.

baldomero-valverde-credit-du-maroc-hassan-benjelloun-finance-climat-gpbm-cop22-marrakech

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *