Finance participative : Feu vert pour cinq banques marocaines

Finance participative : Feu vert pour cinq banques marocaines

Aucune autorisation n’est jusque-là accordée aux banques étrangères par Bank Al-Maghrib

«Le lancement des produits de la finance participative permet de compléter et de renforcer l’offre du secteur bancaire marocain et de l’ouvrir sur de nouvelles capacités de financement. Il consolidera notamment l’attractivité de Casablanca comme plateforme financière africaine de premier plan».

Elles sont cinq entités bancaires nationales éligibles à créer des banques participatives au Maroc.  Le comité des établissements de crédit relevant de Bank Al-Maghrib a émis, en date du 2 janvier 2017, un avis favorable aux demandes formulées par les principaux groupes bancaires de la place. Il s’agit, entre autres, de BMCE Bank of Africa, Crédit Agricole du Maroc, CIH Bank, Attijariwafa bank et la Banque centrale populaire. De par cette décision, la finance participative entame un chapitre plus concret. L’élan donné aux établissements bancaires marocains confirme pleinement leur aptitude à créer de nouveaux produits adaptés aux différents besoins de la population marocaine. Un gage de confiance pour la sphère financière nationale au moment où tout le monde s’attendait à ce que les premiers agréments soient accordés aux banques étrangères. «Le lancement des produits de la finance participative permet de compléter et de renforcer l’offre du secteur bancaire marocain et de l’ouvrir sur de nouvelles capacités de financement. Il consolidera notamment l’attractivité de Casablanca comme plateforme financière africaine de premier plan», explique dans ce sens la banque centrale. Dans le même sillage, Bank Al-Maghrib a autorisé trois banques à offrir à leur clientèle des produits bancaires participatifs.  Zoom sur les principales décisions du comité des établissements de crédit relatives à l’agrément pour l’exercice de l’activité bancaire participative.

Qui sont les partenaires ?

Les cinq banques marocaines exerceront en partenariat avec des établissements arabes. Ces partenaires apporteront leurs expertises aux entités marocaines opérant pour la première fois dans ce créneau. Si Attijariwafa bank est toujours en discussion pour un futur partenariat, les quatre groupes restants ont déjà choisi leurs partanaires. CIH Bank œuvrera conjointement avec le Qatar International Islamic Bank. Pour sa part, la BMCE Bank of Africa a choisi pour partenaire le Groupe saoudi-bahreïni Dalla Al Baraka. L’aventure des finances participatives de la Banque centrale populaire sera engagée avec le Groupe saoudien de guidance, société financière spécialisée dans le financement immobilier.

Le Crédit Agricole du Maroc, quant à lui, opérera avec l’Islamic Corporation for the Developpement of Private Sector «ICD», filiale de la Banque islamique de développement «BID». En outre, des produits bancaires participatifs seront commercialisés en premier temps par la Banque marocaine du commerce et de l’industrie (BMCI) , Crédit du Maroc et la Société Générale, et ce sous approbation du comité des établissements de crédit.

Un comité charia dédié à la finance participative

La commercialisation des produits participatifs par les établissements financiers marocains a engagé une refonte réglementaire. Parmi les nouveautés apportées dans ce sens, la modification du dahir régissant le Conseil supérieur des ouléma. Ce dispositif a en effet été modifié et complété pour créer en son sein un comité charia pour la finance participative. Cette instance sera la seule habilitée à émettre des fatwas sur la conformité des produits de la finance participative conformément, selon Bank Al-Maghrib,  aux préceptes de l’Islam du juste milieu, ouvert sur les valeurs universelles et de tolérance, tel que promu au Maroc. Rappelons que la décision de Bank Al-Maghrib vient suite à la réunion tenue le 29 novembre 2016 pour examiner les dossiers de demandes d’agrément pour l’exercice de l’activité bancaire au Maroc.

La décision a été également émise conformément aux dispositions des articles 43 et 60 de la loi n°103-12 relative aux établissements de crédit. L’approbation de Bank Al-Maghrib est intervenue après étude et analyse des dossiers. L’accent a été porté notamment au plan d’actionnariat, de la valeur ajoutée au marché marocain, de la gouvernance et des risques.

Leila Ouchagour

Journaliste stagiaire

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *