Financement extérieur: Le Qatar, premier bailleur de fonds du Maroc

Financement extérieur: Le Qatar, premier bailleur  de fonds du Maroc

Nette progression du montant global mobilisé en 2014 en matière de financement extérieur. La Direction du Trésor et des financements extérieurs (DTFE) met en relief un total de l’ordre de 52,5 milliards de dirhams. Ce chiffre s’inscrit en hausse de 16,2% comparativement à l’exercice 2013 où les financements extérieurs se sont établis à 45,2 milliards de dirhams.

Cette hausse est expliquée par ailleurs par l’importance du montant mobilisé pour le financement des projets d’énergie Noor Ouarzazate II et III. Portés par Masen, ces projets ont décroché un financement extérieur de l’ordre de 15,7 milliards de dirhams en 2014. En décortiquant l’enveloppe mobilisée, la DTFE soulève le poids important des dons. Ils se sont situés en 2014 autour de 16,97 milliards de dirhams représentant une part de l’ordre de 32% des mobilisations. Le Qatar figure pour la première fois en tant que donateur.

D’ailleurs, il est le premier bailleur de fonds du Maroc en 2014. Sa contribution a atteint les 11,8 milliards de dirhams, soit 60% du montant global des dons. «Sur l’enveloppe globale des dons mobilisés en 2014, l’Union européenne et le Fonds saoudien de développement ont contribué respectivement pour 21% et 10%», relève-t-on du rapport d’activité établi par la DTFE au titre de l’année 2014. En effet, l’Union européenne a procédé au financement de la phase II du programme «Réussir le statut avancé» ainsi que celle du programme d’appui à l’éducation. La contribution du Fonds saoudien concerne, par ailleurs, les projets d’amélioration de l’infrastructure de base dans le monde rural.

L’enveloppe mobilisée se caractérise, en outre, par l’augmentation «remarquable» de la part des prêts concessionnels dans le total des financements extérieurs. Se référant à la DTFE, cette part est passée de 9,6% en 2013 à 25% en 2014. D’un montant global de 13,2 milliards de dirhams, ces prêts concessionnels ont été mobilisés principalement auprès de l’Allemagne.

Ainsi, 7,1 milliards de dirhams ont été accordés pour le financement du projet de la centrale solaire d’Ouarzazate Noor 2. La Chine a pour sa part octroyé un prêt concessionnel de l’ordre de 2,5 milliards de dirhams pour le financement du projet de construction de la centrale thermique à charbon de Jerada. De même, la part des financements en faveur des projets d’investissement dans le total des mobilisations s’est élargie. Elle est évaluée en 2014 autour de 85,2% contre 60,9% une année auparavant. Aussi, 7,8 milliards de dirhams ont été mobilisés en 2014 pour le financement des programmes de réformes. Ce montant a été accordé par l’Union européenne, la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) et la Banque africaine de développement (BAD).

Par secteur, 38% des financements extérieurs ont été accordés au secteur de l’énergie. Le secteur financier n’en a décroché que 9% contre 8% pour l’agriculture, 6% pour l’eau et 5% pour les transports.

Notons qu’après le Qatar, la BIRD se situe en deuxième position avec un financement de 8,5 milliards de dirhams. L’Allemagne arrive troisième avec une contribution de 7,2 milliards de dirhams, suivie de la Banque interaméricaine de développement (3,73 MMDH), l’Union européenne (3,5 MMDH), la Chine (2,5 MMDH), la BAD (2,2 MMDH), le Fonds de technologie propre (2 MMDH) et la BERD (1,8 MMDH).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *