Finances publiques : Aggravation du déficit budgétaire à fin novembre

Finances publiques : Aggravation du déficit budgétaire à fin novembre

Les dépenses émises au titre du budget général ont atteint à fin novembre les 284 milliards de dirhams, en baisse de 2,4% par rapport à l’année précédente.

Le déficit budgétaire continue de s’aggraver. Le besoin est évalué à 36,7 milliards de dirhams à fin novembre contre 31 milliards de dirhams enregistré à la même période de l’année précédente. C’est ce qui ressort des statistiques des finances publiques révélées par la Trésorerie générale du Royaume. Le déficit relevé au onzième mois de l’année tient compte d’un solde négatif de 17,7 milliards de dirhams dégagé par les Comptes spéciaux du Trésor (CST) et les services de l’État gérés de manière autonome (Segma).

S’agissant des recettes ordinaires, la TGR fait ressortir une hausse de 14,4%, soit des ressources de l’ordre de 232,2 milliards de dirhams contre 202,9 milliards de dirhams une année auparavant. «Cette hausse résulte d’un versement exceptionnel de 24 milliards de dirhams effectué à partir du compte d’affectation spéciale intitulé «Compte spécial des dons des pays du Conseil de Coopération du Golfe» au profit du budget général», peut-on lire du bulletin de la TGR. En dehors de ce versement, les recettes ordinaires affichent une amélioration de 2,6%. Une progression qui résulte de la hausse de 123,3% des recettes non fiscales, de 1,1% des impôts directs, de 14,5% des droits de douane et de 4,3% des impôts indirects au moment où les droits d’enregistrement et de timbre ont fléchi de 2,8%. Par ailleurs, les engagements de dépenses, y compris celles non soumises au visa préalable d’engagement, se sont établis à 429,3 milliards de dirhams.

Ils représentent un taux d’engagements de l’ordre de 79% contre 77% enregistré une année plustôt. Les dépenses émises au titre du budget général ont atteint à fin novembre les 284 milliards de dirhams en baisse de 2,4% par rapport à l’année précédente. Cette baisse résulte du repli de 16% des charges de la dette budgétisée et de 0,8% des dépenses d’investissement, conjuguée à la hausse de 2,8% des dépenses de fonctionnement. Ces dernières se sont chiffrées à 171,7 milliards de dirhams. 96,7 milliards de dirhams de ces dépenses ont concerné les traitements et salaires ayant affiché sur la même période une amélioration de 0,9%.

Les dépenses de matériels ont grimpé à 37,7 milliards de dirhams contre 35,2 milliards de dirhams une année auparavant, soit une progression de 7,1%. Quant aux dépenses d’investissements émises, la TGR fait ressortir un chiffre de 35,3 milliards de dirhams contre 54 milliards de dirhams enregistré à la même période de l’année passée. Ce repli estimé à 440 millions de dirhams (-0,8%) s’explique par l’augmentation de 0,2% des dépenses des ministères et la diminution de 2,7% des charges communes. Notons que les dépenses d’investissement tiennent compte du versement aux Comptes spéciaux du Trésor d’un montant de 14,6 milliards de dirhams contre 14,6 milliards de dirhams l’année passée.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *