Finances publiques: Le Trésor excédentaire de 1,1 MMDH à fin janvier

Finances publiques: Le Trésor excédentaire de 1,1 MMDH à fin janvier

Les recettes se sont rétractées de 4%, passant en une année de 17,4 milliards de dirhams à 16,7 milliards de dirhams à fin janvier 2016. Pour leur part, les dépenses se sont améliorées de 1,9%.

Le Trésor ressort excédentaire à fin janvier. C’est ce qu’on peut relever des dernières statistiques des finances publiques, élaborées par la Trésorerie générale du Royaume (TGR) au premier mois de l’année. Le solde ordinaire positif a atteint le seuil de 2,1 milliards de dirhams. L’excédent est estimé à 1,1 milliard de dirhams. Se référant à la publication de la TGR, cet excédant résulte d’un solde positif de 10,4 milliards de dirhams dégagé par les comptes spéciaux du Trésor.
A cet effet, la tendance mensuelle dégage un repli des recettes ordinaires contre une hausse des dépenses. Les recettes se sont ainsi rétractées de 4%, passant en une année de 17,4 milliards de dirhams à 16,7 milliards de dirhams à fin janvier 2016. En commentant cette baisse, la Trésorerie générale du Royaume souligne l’important recul des recettes non fiscales. Ces dernières ont perdu 1,5 milliard de dirhams de leur valeur, se situant ainsi à 313 millions de dirhams contre 1,81 milliard de dirhams une année auparavant, soit une baisse de 83%. Cette contreperformance a été conjuguée à la hausse des impôts directs de 3,3%, des droits de douane de 14,9%, des impôts indirects de 0,6% et des droits d’enregistrement et de timbre de 21,9%. Pour leur part, les dépenses se sont améliorées de 1,9% à fin janvier.
A cet effet, le taux de couverture des dépenses ordinaires par les recettes ordinaires a été de 114,3% au premier mois de l’année. Par structure, 45,8% de ces recettes ont été consacrées aux dépenses de personnel, 35,1% aux dépenses de matériel et 6,5% aux charges en intérêts de la dette.

Recettes : Top pour l’IR… Flop pour l’IS
La Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) continue de dominer la structure des recettes du budget général. Pour 4,76 milliards de dirhams, leur part s’élève à 28,5%. La taxe sur la valeur ajoutée à l’importation a évolué au premier mois de l’année. Ses recettes ont atteint les 2,37 milliards de dirhams, en hausse de 1,8%. La TVA à l’intérieur s’est en revanche repliée au premier mois affichant une baisse de 11,1% pour atteindre les 2,39 milliards de dirhams. Les recettes de l’impôt sur le revenu ont atteint les 4,24 milliards de dirhams, en progression de 7,5% par rapport au même mois de l’année passée. La part de l’impôt sur le revenu dans la structure des recettes est de 25,4%. Les droits d’enregistrement arrivent en troisième position dans l’ensemble de la structure remportant ainsi une part de 18,9%. Les droits d’enregistrement ont, par ailleurs, affiché une évolution à deux chiffres. Ils ont grimpé de 21,9% pour des recettes, dépassant les 3,15 milliards de dirhams. L’impôt sur les sociétés a fléchi de 6,2%, soit des recettes de 1,51 milliard de dirhams.

Dépenses : les engagements dépassent les 60 MMDH
7,7 milliards de dirhams, telle est la valeur des salaires servis par la Trésorerie générale du Royaume à fin janvier 2016. Ses rémunérations ont baissé de 1,8%, perdant sur une année 138 millions de dirhams de la somme versée au même mois de l’année passée. Les salaires servis par la Direction des dépenses de personnel (DDP) ont suivi la même tendance. Ils étaient de l’ordre de 7,5 milliards de dirhams à fin janvier, en baisse de 1,7% comparé au même mois de l’année précédente. Ceci résulte de l’augmentation de 0,3% de la masse salariale structurelle et la baisse de 43,3% des rappels.
Notons que les dépenses émises au titre du budget général à fin janvier se sont chiffrées à 27,2 milliards de dirhams, en progression de 16%. Cette évolution est expliquée par la hausse de 6,2% des dépenses de fonctionnement et celle de 37,1% des dépenses d’investissements. En parallèle, les charges de la dette budgétisée ont baissé de 6%. En outre, les engagements de dépenses se sont élevés à 60,2 milliards de dirhams. Ce montant représente un taux global d’engagement de 16% contre 17% l’année précédente. Le taux d’émission sur engagements est passé de 43% à 52%.

Investissement : 11,4 MMDH écoulés
Les dépenses d’investissement ont atteint un saut quantitatif à fin janvier. Elles sont passées de 8,3 milliards de dirhams à 11,4 milliards de dirhams au premier mois de l’année. Cette progression est attribuable à l’augmentation des dépenses des ministères. Pour 1,08 milliard de dirhams, les dépenses des ministères ont atteint un pic de 69,7%. Les charges des communes se sont appréciées de 34,3%, se situant autour de 10,35 milliards de dirhams à fin janvier contre 7,70 milliards de dirhams une année auparavant.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *