Finances publiques: Un déficit budgétaire de 23 milliards de dirhams au 1er semestre

Finances publiques: Un déficit budgétaire de 23 milliards  de dirhams au 1er semestre

La situation des charges et ressources du Trésor affiche, pour le premier semestre de l’année, des recettes en hausse de 5,1%. En revanche, le niveau des dépenses du Trésor a légèrement augmenté. la hausse relevée à fin juin est de 0,9%.

Le Trésor boucle le semestre sous une note déficitaire. Le gouffre s’est davantage creusé au titre des six premiers mois de l’année pour atteindre les 23,1 milliards de dirhams contre 21,2 milliards de dirhams à la même période de l’année précédente. C’est ce qu’on peut déduire des dernières statistiques des finances publiques, élaborées par la Trésorerie générale du Royaume à fin juin. La situation des charges et ressources du Trésor affiche, pour le premier semestre de l’année, des recettes en hausse de 5,1%. Elles se sont ainsi établies à 109 milliards de dirhams contre 103,7 milliards de dirhams générés à la même période de l’année précédente. Une amélioration qui, selon la Trésorerie générale du Royaume, est essentiellement tirée par la hausse des impôts directs, des droits de douane, des impôts indirects et des droits d’enregistrement et de timbre. En revanche, le niveau des dépenses du Trésor a légèrement augmenté. la hausse relevée à fin juin est de 0,9%.

En analysant les principales ventilations du semestre, la TGR souligne le bon comportement des recettes fiscales au premier semestre de l’année. A cet effet, les recettes fiscales ont gagné près de 6 milliards de dirhams en une année. Elles sont passées de 90,7 milliards de dirhams en juin 2015 à 96,9 milliards de dirhams au premier semestre. Ainsi, les recettes fiscales ont grimpé de 6,8% comparé à la même période de l’année passée. «l’évolution des recettes fiscales résulte de l’augmentation des recettes douanières de 8,3% et de la fiscalité domestique de 5,6%», indique la Trésorerie générale du Royaume dans son bulletin des statistiques de finances publiques.

Pour 29,2 milliards de dirhams, les recettes douanières gagnent un additionnel de 2,2 milliards de dirhams par rapport aux recettes réalisées une année auparavant. La hausse a également été observée au niveau de la fiscalité domestique. Les recettes générées dans ce sens tournent autour d’une valeur de l’ordre de 62,5 milliards de dirhams. Se référant au bulletin de la TGR, la fiscalité domestique s’est inscrite en amélioration de l’ordre de 5,6 % gagnant en une année plus de 3 milliards de dirhams. En revanche, les recettes non fiscales ont perdu durant le semestre 6,2% de leur valeur. Elle sont passées de 11,7% en juin 2015 à 11 milliards de dirhams au premier semestre de l’année en cours. En termes de structure de recettes, la TVA représente une part de 23,8%, et ce pour une valeur de 25,89 milliards de dirhams générée à fin juin. Ce montant affiche, selon la TGR, un repli de 1,2%. L’impôt sur les sociétés, détenant une part de 21,8%, a en revanche connu une progression de 8%, soit des recettes de plus de 23,77 milliards de dirhams.

Pour une part de 18,2% de la structure globale des recettes, l’impôt sur le revenu grimpe de 13,1% pour atteindre les 18,9 milliards de dirhams à fin juin. En ce qui concerne les dépenses émises, elles se sont établies à 156,3 milliards de dirhams affichant ainsi une timide évolution. Les dépenses de fonctionnement émises se sont établies à 88 milliards de dirhams . De ce total, 52,7 milliards de dirhams ont été déploqués pour, entre autres, le traitement des salaires. Les dépenses d’investissement se sont chiffrées à 30,2 milliards de dirhams au premier semestre contre 26,9 milliards de dirhams observés à la même période de l’année passée. Ces dépenses affichent, selon la TGR, une hausse de 12,1%. Une appréciation qui, selon la même source, est justifiée par l’augementation de 22,6% des charges communes et de 6,1% des dépenses des ministères. Notons que la structure des dépenses du budget général affiche une stagnation des dépenses de personnel au moment où celles de matériels, d’investissement et des intérêts de la dette ont suivi un trend haussier durant le semestre. Les six premiers mois de l’année ont été, par ailleurs, marqués par une légère appréciation de la dette intérieure ayant atteint un encours de 476,3 milliards de dirhams.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *