FMI : Stanley Fischer regrette d’avoir été écarté à cause de son âge

FMI : Stanley Fischer regrette d’avoir été écarté à cause de son âge

Le gouverneur de la Banque d’Israël, Stanley Fischer, a regretté mardi dans un communiqué que sa candidature au poste de directeur général du Fonds monétaire international ait été écartée en raison de son âge. Le conseil d’administration du FMI a annoncé, lundi, ne pas avoir retenu la candidature de Stanley Fischer en invoquant «le règlement du FMI» qui fixe l’âge limite d’un nouveau directeur général à 65 ans alors que M.Fischer est âgé de 67 ans. «Je pense que la restriction portant sur l’âge n’est plus pertinente de nos jours. J’espérais que le conseil d’administration du FMI modifierait ses règlements pas seulement pour ma candidature, mais aussi pour le bien des futurs candidats au poste de directeur général», a affirmé M. Fischer dans un communiqué.  «La question de l’âge est technique et aurait dû être écartée afin de permettre au conseil d’administration du FMI d’examiner qui est le candidat le plus capable de diriger le FMI durant la période actuelle», a ajouté le communiqué. «Je ne regrette pas d’avoir présenté ma candidature. Je regrette le fait que l’on ne m’ait pas donné l’occasion de faire la preuve de mes capacités et de mon expérience auprès du conseil d’administration du FMI», a également déploré le gouverneur de la Banque d’Israël. Ancien numéro deux du FMI (1994-2001), M. Fischer avait rendu sa candidature publique samedi, au lendemain de la date limite à laquelle il devait la déposer. Il avait évoqué à cette occasion une «opportunité unique, non planifiée et qui n’arrive qu’une fois dans la vie». Il avait affirmé au Wall Street Journal qu’il ne jugeait «pas raisonnable de dire à ce stade à un homme de 67 ans, plein de vigueur, qu’il est trop âgé». M.Fischer est l’une des personnalités les plus populaires d’Israël, crédité du «miracle» économique israélien malgré la crise internationale. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait affirmé lundi que M. Fischer serait un patron du «tonnerre de Dieu» pour le FMI.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *