Focus : Enjeu

Décidément, les opérateurs économiques ne sont pas au bout de leurs peines. Au lieu de se concentrer sur l’amélioration de la compétitivité de leurs structures et recherche de nouveaux débouchés, les voilà contraints de composer avec pirates, utilisateurs malveillants, opérateurs de systèmes de décontamination et de protection… Autant dire de la besogne en surplus.
En effet, des études récentes indiquent que le nombre d’éléments perturbateurs sur le net est en constante augmentation. Ils seraient actuellement au nombre de six usagers pour chaque 10000 utilisateurs du web. Ouvrir un message ou télécharger un programme, est devenu un exercice fastidieux et dangereux. Que faire alors ? Couper les liens avec le monde extérieur en interrompant la connexion Internet, s’équiper en matériel de pointe pour se protéger, mettre tout bonnement son parc au placard.
De toute évidence, l’utilisation de l’outil informatique est devenue aujourd’hui une nécessité. Pour maintenir son avantage compétitif de manière durable, l’entreprise doit assurer la disponibilité constante de tous ses outils dont celui, informatique. L’entreprise doit aussi assurer l’intégrité de l’information qu’elle a stockée dans son système informatique.
Enfin, elle doit préserver la confidentialité de cette information. Il y va de son développement et de sa viabilité. Tel est l’enjeu, qui a pris une importance croissante depuis que les opérations manuelles sont devenues de plus en plus informatisées, depuis que l’entreprise a décidé de mettre ses collaborateurs en réseau et depuis que ce dernier a été ouvert sur le monde extérieur. Il est vrai que chez nous le problème se pose avec moins d’acquitté puisque nos entreprises sont sous-équipées en matière informatique.
Pour preuve, l’impact de virus tels que « Mellissa », « love » ou autres, a été très limité. Ceci, non pas par-ce que nous sommes le pays le mieux équipé en matière de système de protection informatique mais tout simplement car « l’informatisation que l’on constate souvent dans les entreprises marocaines, surtout chez les PME, se limite à l’utilisation de l’outil bureautique pour faciliter la saisie de données ou l’impression de documents ».
Assurément le sous-développement à parfois des avantages. Il n’en reste pas moins que le danger est manifeste, pour la simple raison que l’on peut pas vivre en marge du développement. Il appartient donc à chacun de prendre les dispositions nécessaires pour se prémunir contre tout imprévu.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *