Focus : Le challenge

En matière de création d’emplois, l’industrie touristique fait fort. En effet, si le secteur du textile prévoit la création de plus de 100.000 emplois d’ici 2010, celui du tourisme propose encore mieux. Les opérateurs de la branche tablent, en effet, sur l’embauche de pas moins de 600.000 personnes sur la même période.
Qui dit mieux ? Leur « vision 2010 » provoquera la création de 72.000 emplois directs, rien que dans le secteur hôtelier, est-il indiqué. Ce challenge est-il réalisable ? Seul le temps nous le dira. En tout cas, les opérateurs y croient « dur comme fer ». Leur engagement est inébranlable, insistent-ils. Quoi qu’il en soit, les simulations et analyses réalisées à travers le monde ont démontré, preuves à l’appui, que le tourisme est un créneau d’avenir. Ses grands atouts : sa flexibilité qui lui confère une aptitude à s’adapter à son environnement immédiat et sa capacité exceptionnelle à surmonter les crises.
S’ajoutent des perspectives économiques encourageantes. Le premier atout lui permet de capitaliser toutes les innovations et inventions. Le tourisme est la face apparente de ce métissage. Le second lui confère cette aptitude à créer sans cesse des vivrières et des niches de développement intéressantes.
Des crises comme celle qui a ébranlé la branche suite aux attentats du 11 septembre est pleine d’enseignement en ce sens. Celle-ci a poussé les opérateurs à repenser leurs stratégies afin de sauvegarder l’offre, recréer la confiance auprès des consommateurs, réorienter les efforts de promotion, mettre à l’avant les mesures proactives au niveau financier et fiscal et restructurer l’industrie pour la rendre plus efficace. Tout cela augure de bonnes perspectives notamment pour les demandeurs d’emploi. En effet, le tourisme représente de réelles opportunités d’embauche et pas seulement pour les lauréats des instituts de formation touristique. De nouveaux métiers et donc de nouveaux profils pointent du nez. Il en est ainsi pour le tourisme.
Des études récentes stipulent que les ventes en ligne, par rapport à d’autres produits, pourraient représenter près de la moitié de l’ensemble du commerce électronique. Chez nous, le processus est à ses débuts, mais il est appelé à connaître un développement important. Le ton est déjà donné puisque la «destination Maroc» est prisée par les internautes français. Les opérateurs touristiques sont sensibles à ce genre de détail et ne tarderont pas à proposer de nouvelles ouvertures pour les lauréats des instituts de formation des NTIC.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *