Focus : Mission impossible

Les portes se verrouillent. Décrocher un crédit de nos jours est devenu une mission quasi- impossible. Plus particulièrement pour un jeune entrepreneur ou un patron de PME qui veut développer son entreprise.
C’est dans un environnement financier hostile et défavorable à tous les égards que se posent les problèmes d’accès des PME au crédit bancaire. Le secteur financier voulant assurer ses arrières -c’est légitime- resserre les vannes et proposent des financements à court terme que les PME, qui devront par ailleurs face aux aléas du marché, peinent à honorer. De plus, les banques exigent des garanties importantes parfois hors de portée du détenteur du projet. Du coup, les horizons s’assombrissent.
Heureusement, des solutions existent, encore faut-il les connaître. Quoiqu’il en soit, des entreprises naissent, se développement et prospèrent. Pour preuve, près de 90% de nos structures sont de taille petite ou moyenne. Ceci pour la simple raison que bon nombre de nos entrepreneurs n’hésitent pas à mettre la main à la poche.
De plus, toutes les PME n’envisagent pas de recourir aux banques. Si pour certaines, cette option est indispensable. C’est le cas des PME en démarrage ou en difficulté de croissance qui ont besoin d’un soutien externe pour se restructurer. Pour d’autres, l’intervention de l’institution financière est moins indispensable ou n’est pas souhaitée du tout. Elles manifestent un fort désir d’autonomie et d’indépendance. L’on serait tenté de croire que la majorité de nos structures font partie de la deuxième catégorie. Il n’en n’est rien, puisque qu’il est fort probable, selon les prévisions, qu’une bonne partie des PME qui opèrent actuellement sur le territoire national n’arrivera pas à franchir le cap 2012. Elles mettront tout simplement la clé sous le paillasson.
Il est vrai que des lignes de crédit nationales et internationales existent. Il est vrai aussi que ces structures sont entourées par la bienveillance notamment des pouvoirs publics. Il est tout aussi vrai que certaines institutions, telles les banques islamiques, moins regardantes en matière de garanties et offrant des crédits à long terme, proposent leurs services. Il n’en reste pas moins que le manque d’information et d’encadrement font que les déperditions sont importantes et les porteurs de projets sont obligés dans la majorité des cas de mettre leurs idées dans oubliettes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *