Foncièrement excessif

Foncièrement excessif

Beaucoup de monde ce mardi 25 mai 2004 à Marrakech. L’inauguration de la zone d’aménagement touristique d’Aguedal, l’un des grands axes de l’accord-cadre, s’est déroulée en présence du ministre du Tourisme, Adil Douiri, accompagné de Mohamed Hassad, wali de Marrakech, du consul général de France et de nombreuses autres personnalités. Parmi les professionnels, Georges Colson, le président de Fram, peu affecté par les résultats alarmants de son groupe est venu depuis la France en compagnie de 25 journalistes, Abdelatif Kabbaj, président de l’Association de l’industrie hôtelière et de nombreux promoteurs-investisseurs.
La cérémonie qui a accusé un léger retard est à la mesure de l’importance qu’est appelée à jouer cette zone, la première du genre au Maroc. Si le satisfecit est quasi général chez les professionnels hôteliers et les promoteurs, il n’en demeure pas que l’avis reste partagé concernant le coût d’investissement sur les lots. Le prix du mètre carré se situe entre 440 et 480 dirhams. L’investissement sur un lot peut, sur cette base, revenir facilement à 13 millions de dirhams. Ce qui est un peu élevé, selon Georges Colson qui , tout en soulignant l’importance de cette réalisation, est revenu à plusieurs reprises sur la comparaison de ce chantier avec l’expérience égyptienne de ces dernières années.
Le pays des Pharaons a construit Charm Al Cheikh à pas forcés, en dix ans, avec – ce n’est pas un secret-des prix symboliques. A Aguedal, plusieurs avantages ont été accordés aux investisseurs. La CDG via ses filiales a assuré la réalisation des travaux hors-site et mis tous les moyens à la disposition des promoteurs. Mais, comme l’a si bien souligné Colson, il fallait accorder les lots d’Aguedal à des prix d’environ 10 à 20 euros. C’est loin d’être le cas pour le moment.
Ainsi, les 26 000 mètres carrés acquis par le promoteur Chaâbi reviennent à 11. 400. 000 dirhams. Fram qui fait partie avec la CGI de ceux qui ont déjà engagé leurs chantiers, doit débourser14 millions de dirhams. Pour les petits lots accordés aux maisons d’hôtes, la moyenne du prix du terrain tourne autour de 1 million de dirhams. A ces prix du terrain, il faut ajouter entre 200 et 300 millions de dirhams pour la phase de construction d’un hôtel de par exemple 200 à 250 chambres. Il faut dire que ce terrain de l’Aguedal qui appartient à la commune de Mechouar Kasba à été cédé à Maroc Hotel Village au prix de 50 dirhams le mètre carré.
La municipalité aurait perçu d’après certaines estimations 48 millions de dirhams de cette cession. Situé sur la route de l’Ourika, s’étalant sur une superficie de 96 hectares dont une surface lotie de 62 hectares, le montant d’investissement est de l’ordre de 400 millions de DH. En tout, il est prévu dans cette zone la construction de 17 hôtels dans la catégorie 4 et 5 étoiles. «Pas suffisamment de concept de 2 et de 3 étoiles », regrette un promoteur étranger. La CDG a reçu pour le moment 70 demandes d’investissements appartenant à toutes les catégories socio-professionnelles.
En plus de l’impact touristique, le projet aura aussi des retombés économiques. Sur le plan social cette zone permettra de créer 4000 emplois directs et 3300 emplois indirects, alors que les unités hôtelières qui seront mises en place généreront 3000 emplois directs et 4500 emplois indirects.
L’ensemble du projet qui comprendra à terme 17 hôtels 4 ou 5 étoiles, 15 maisons d’hôtes et 4 lots résidentiels en plus d’équipements complémentaires, coontribuera à l’augmentation de la capacité d’hébergement de Marrakech d’environ 7000 lits soit l’équivalent de 25% de la capacité hôtelière actuelle de la ville. Ainsi, la ville féerique de Marrakech se dote de la première zone d’aménagement touristique au Maroc, conforme à la volonté des pouvoirs publics après le discours royal du 10 janvier 2010. Les travaux de viabilisation ont été achevés dans les délais et les titres fonciers parcellaires sont aujourd’hui disponibles. Initiée par Maroc hôtels et villages MHV, filiale de la Caisse de Dépôt et de Gestion, la viabilisation de cette zone répond à la demande croissante que connaît le Maroc en matière de capacité d’accueil touristique qui s’intègre dans l’objectif national de recevoir dix millions de touristes à l’horizon de l’an 2010. Seuls pour le moment, cinq hôtels vont lancer leurs travaux. Sur les 13 maisons d’hôtes, trois passent à l’exécution.
Mais, toutes choses étant relatives, Aguedal est en avance par rapport aux zones analogues dans d’autres régions. Les premières livraisons seront quand même légèrement déplacées à 2006 au lieu de 2005.

• Abedelkrim khalifat et Adam Wade
[email protected]

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *