ForAction : La formation au service de l’action

Nul besoin de souligner que la mise à niveau du capital humain est désormais plus que nécessaire pour l’évolution de l’entreprise marocaine. Elle lui est vitale et gage de sa pérennité.
La concurrence devient de plus en plus rude.
En effet, l’évolution fulgurante des nouvelles technologies et la mondialisation exigent de l’entreprise des adaptations perpétuelles et des restructurations régulières pour être à la hauteur des challenges. C’est dans ce cadre que s’inscrit l’organisation du forum « ForAction ». Initié par le groupe L’Etudiant marocain, cette manifestation, qui s’est tenue du 22 au 25 septembre à la Foire internationale de Casablanca, vise à sensibiliser les jeunes diplômés et les cadres dirigeants des entreprises à l’importance de la formation pour la valorisation de leur potentiel. «Il est évident qu’à la veille de la mondialisation, la valorisation de nos compétences est très importante. Dans un contexte économique où la concurrence fait figure de loi, rester compétitif sur le marché n’est plus chose aisée. », souligne Mohcine Berrada, président-directeur général du Groupe l’Etudiant marocain.
Et d’ajouter : « Certes acheter une machine ou un ordinateur s’avère matériellement palpable. Mais investir dans une formation peut être plus rentable quelle que soit la taille ou l’activité de l’entreprise». Par ailleurs, pas moins de 120 exposants nationaux et internationaux ( Université Mohammed V Souissi de Rabat, SuPTEM, IGA, HEM, Grouoe SEGEPEC, ESIAC, ESCA, ENCG, ambassade du Canada…) ont pris part à ce forum du 3ème cycle et de la formation continue.
L’éventail de formations proposées est large. En terme de troisième cycle, on trouve d’un côté les diplômes professionalisants qui constituent un complément à la formation de base acquise pendant le cycle normal. On peut par exemple effectuer un DESA (Diplôme d’études spéciales approfondies) conduites des procédés industriels après un diplôme d’ingénieur génie électrique ou encore un 3ème cycle Marketing des services après un bac+3 ou +4 commerce. On peut également changer de cap et opter pour une autre formation afin d’acquérir une double compétence.
On trouve également le prestigieux doctorat, le fameux bac+8, qui mène vers l’enseignement et la recherche-développement dans les laboratoires. Un 3ème cycle (DESA, DESS (Diplômes d’Etudes supérieures spécialisées), Master, Mastere spécialisé, ou MBA (Master of Business Administration) est actuellement un véritable tremplin pour réussir son avenir. Les entreprises sont toujours à la quête des meilleurs profils pour les postes à responsabilités.
Un Master offre de réelles perspectives d’accès à l’emploi qu’une licence.« En effet, un diplôme du 3ème cycle est aujourd’hui une nécessité pour gravir les échelons et voir sa carrière évoluer », ajoute M.Berrada. S’agissant de l’offre de formation continue, on distingue deux formes : une destinée aux entreprises, et l’autre concernant les salariés.
En faveur des entreprises, les prestataires (écoles professionnelles, structures spécialisées publiques et privées) proposent deux solutions : la formation en « intra », à l’intérieur de l’entreprise, et la formation en « inter », qui se déroule dans un local externe réunissant les salariés de plusieurs sociétés. En outre, un salarié désirant acquérir de nouvelles compétences ou améliorer son savoir peut s’inscrire dans une formation d’un à deux ans et peut être couronnée par une attestation ou un diplôme (Master, MBA).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *