Formation : Attijariwafa bank : une fondation citoyenne

Réaliser le renouveau du système éducatif national et participer à la refondation de l’université marocaine, c’est l’objectif que se sont fixés le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur, de la Formation des cadres et de la Recherche scientifique et la Fondation Attijariwafa bank. Les deux parties ont signé, mardi 28 février à Casablanca, un accord-cadre pour lancer la phase-pilote d’un vaste programme de soutien au développement de l’université marocaine. Une phase qui concerne les Universités Hassan II de Casablanca et Abdelmalek Essaâdi de Tanger-Tétouan, suivie d’une phase de déploiement qui verra l’élargissement du programme à toutes les universités du Royaume.
La Fondation Attijariwafa bank, en collaboration avec 14 universités, va ainsi financer et promouvoir les nouvelles technologies de l’information dans les universités marocaines. Et à travers les deux sites-pilotes, plusieurs périmètres de collaboration seront ainsi testés avant le déploiement.
Trois domaines de partenariat seront  mis en place. D’abord un partenariat technologique, à travers le développement d’outils donnant une grande ouverture à l’université. Les termes du partenariat prévoient la création d’un portail universitaire pour la mise en ligne d’un certain nombre d’informations, comme le contenu des programmes d’enseignement, les bourses offertes et les stages disponibles. Ce portail ouvrira l’accès à des fonds bibliothécaires nationaux et internationaux ainsi qu’aux portails du programme Universia (portail mettant en relation plus de 300 universitaires dans le monde soutenu par Grupo Santander, partenaire d’Attijariwfa bank). Ce portail, qui devrait être opérationnel dans un délai de 12 mois,  permettra aussi l’accès à l’enseignement assisté par ordinateur (e-learning). Le budget alloué à cette opération est de 2,2 millions DH.
Deuxième périmètre de collaboration entre la Fondation Attijariwafa bank et les universités : la création d’une carte électronique, la « Smartcard », qui donnera à chaque étudiant identifié l’accès aux installations de l’université, à l’emprunt automatisé dans les bibliothèques et la consultation d’informations académiques. Cette carte donnera également la possibilité de payer ses dépenses à l’intérieur de l’université et de bénéficier de services bancaires. Quelque 2,6 millions de DH sont mobilisés par la Fondation Attijariwafa bank pour la mise en place de ce projet.
Le dernier domaine de collaboration a trait à la mise en place d’une offre spécifique de services financiers adaptés au monde universitaire. Ces nouvelles offres toucheront les étudiants, les professeurs, les chercheurs ainsi que le personnel administratif.
Cette phase-pilote, avec les deux universités Hassan II et Abdelmalek Essaâdi de Tétoaun,  devrait concerner près de 40.000 étudiants, 1650 enseignants et 15 établissements.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *