Formation et recherche: Un Erasmus inter-africain voit le jour

Formation et recherche: Un Erasmus inter-africain voit le jour

Ce système d’Erasmus ne sera pas sans servir de pont et ouvrir des horizons de mobilité pour les étudiants et les chercheurs à l’intérieur du continent africain et ce, grâce à des bourses qui leur seront destinées.

La présidente du conseil d’administration de l’Institut Mandela des études sur le développement en République d’Afrique du Sud, Graça Machel Mandela, a été reçue, lundi 11 avril, à Rabat par l’Académie du Royaume du Maroc. Une visite qui a pour but de renforcer la contribution de l’Académie aux programmes portant sur le leadership africain et la formation afférente. Détails.

Comment réussir un meilleur échange inter-africain ? C’est la question sur laquelle se sont penchés les initiateurs d’un projet de mise en place d’Erasmus au niveau du continent.  «Il s’agira en l’occurrence de la perspective d’œuvrer en commun et de manière concertée à une meilleure inter-connaissance des peuples et des nations  du continent», apprend-on auprès de l’Académie du Royaume.  Pour effectuer ces échanges, une convention de coopération et de partenariat a été signée par le secrétaire perpétuel de l’Académie, Abdeljalil Lahjomri, et le président exécutif de l’Institut Mandela pour les études sur le développement (MINDS), Nkosana Donald Moyo.

L’ex-première dame d’Afrique du Sud, épouse de feu Nelson Mandela, a pour sa part attiré l’attention sur la particularité de cette convention. Selon elle, c’est là «une contribution au développement d’un pool pour les jeunes africains qui pourront comprendre l’Afrique et auront l’expérience de vivre et de se constituer en réseaux à travers différents pays du continent». En effet, une fois mis en place, ce système d’Erasmus ne sera pas sans servir de pont et ouvrir des horizons de mobilité pour les étudiants et les chercheurs à l’intérieur du continent africain et ce, grâce à des bourses qui leur seront destinées.

«Une telle perspective se situe dans la continuité directe de l’initiative prise par l’Académie d’associer à sa dernière session des doctorants ayant choisi l’Afrique comme objet d’études et de les encourager à travailler en réseau pour créer davantage de synergie et de pluridisciplinarité dans leurs recherches», précise la même source.  Il est à souligner dans ce sens que la signature de la convention d’échange inter-africain intervient en continuation de la 43ème session de l’Académie du Royaume, tenue du 8 au 11 décembre dernier sous le thème «L’Afrique comme horizon de pensée».  Celle-ci avait, rappelons-le, réuni d’éminents chercheurs sud-africains.

Par ailleurs, en marge de leur visite au Maroc, Graça Machel et Nkosana Donald Moyo ont rencontré les présidents des universités marocaines et des étudiants marocains et africains au Maroc. Présidée par le ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, Lahcen Daoudi, cette rencontre a également été l’occasion de réitérer la responsabilité des établissements de formation supérieure dans l’établissement de liens durables de coopération entre le Maroc et les pays subsahariens.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *