Formation : La baie de Oued Eddahab intéresse les investisseurs

Les composants biologiques et les spécificités écologiques de la baie de Oued Eddahab constituent autant de facteurs favorables au développement de la conchyliculture (élevage de coquillages).
Une aire de 50 hectares, parmi une étendue aquatique utile (de 600 ha), est exploitée par quatre sociétés opérant dans le domaine de l’élevage conchylicole, notamment des huîtres, et produisant près de 40 tonnes par an, à plus de 95 % destinés au marché national.
De plus, les deux zones de concentration de ces investissements, à savoir Boutelha et Duna Blanca, ont été identifiées comme sites potentiels pour l’élevage de palourdes, suite aux premiers résultats de l’étude effectuée, en 2000, par l’Institut national de la recherche halieutique (INRH) et l’organisation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture (FAO).
Le chef du service des pêches maritimes de la délégation de ce département à Dakhla, Rachid Agrich, a indiqué que les projets d’investissement, lancés en 2003, dans ces deux zones conchylicoles, ont donné des résultats probants quant au rythme de croissance et à la qualité du produit.
La production d’huîtres (atteignant la taille commerciale) nécessite sept mois au maximum, alors qu’en d’autres zones en Europe elle exige une durée minimum de deux ans et demi, a-t-il confié.
Pour lui, les résultats concluants des expériences menées, en 1997 par le Centre régional de recherche halieutique (Dakhla), sont à même de constituer un stimulant en vue de drainer davantage d’investissements dans l’aquaculture.
Dans ce sens, a-t-il rappelé, quelque 20 sociétés, parmi une quarantaine d’entreprises intéressées par l’élevage aquacole, ont eu l’accord de principe des services du département concerné par le secteur pour procéder à des expériences ou exploiter des aquariums d’élevage et de production conchylicoles.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *