Formation : Un Concours pour les chocolatiers

Formation : Un Concours pour les chocolatiers

Les futurs chefs pâtissiers auront finalement l’occasion de montrer leurs talents. Un grand concours de chocolaterie se tiendra en effet en ce mois de mai au niveau des établissements de formation, pour la consécration des meilleurs talents des filières boulangerie et pâtisserie.
Cette initiative est à mettre à l’actif du professionnel du chocolat, Aiguebelle. Pour dénicher des cordons bleus marocains, le maître chocolatier organise la première édition de ce concours qui, vient à juste titre, encourager la recherche de l’excellence dans un domaine qui est resté trop longtemps relégué aux arrière plans.
Le concours regroupera les meilleurs étudiants dans le respect d’un quota prédéfini par école afin de garantir la représentativité régionale de l’édition. Après les compétitions éliminatoires, seuls les trois meilleurs représentants de chaque région pourront participer à la grande finale du concours qui se tiendra à Casablanca, la dernière semaine du mois de mai. Pour cette première édition, les étapes de présélection concerneront Casablanca et régions, Marrakech et régions et enfin Tanger et régions. Il est à signaler que la date limite pour les inscriptions est le vendredi 12 mai.
Les compétitions se dérouleront sous l’oeil vigilant de trois chefs pâtissiers de renom, dont un représentant “Aiguebelle” et les deux autres représentants la région. Pour cette première édition, le concours est parrainé par de grands maîtres chocolatiers tels que M. Lionel de l’enseigne Gapi, M. Thierry ainsi que M. Gilles de Amoud.
Les participants auront à préparer une «mousse au chocolat jour et nuit», pour 8 personnes, qu’ils présenteront à leur convenance en coupes ou en bols. Ils seront évalués sur la base de la réussite de cette recette et sa présentation.
Ils seront donc 9 finalistes (3 étudiants par région) à concourir pour mériter le Grand Prix Aiguebelle de cette grande fête dédiée au chocolat. L’idée à travers le lancement de ce concours est de fédérer les intérêts vers l’industrie chocolatière au Maroc et essayer par la même occasion de démocratiser sa consommation. En effet, les Marocains ne sont pas de grands consommateurs du chocolat. La moyenne de chocolat consommé ne dépasse guère les 300 gr par habitant. Alors qu’en Tunisie par exemple, la consommation atteint 1,5 kg par habitant. La consommation du chocolat au Maroc est, par ailleurs, saisonnière puisqu’elle coïncide uniquement avec certaines dates telles que les fêtes de fin d’année, les anniversaires ou encore les baptêmes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *