Forum d’affaires maroco-chinois: Opération séduction à grande échelle

Forum d’affaires maroco-chinois: Opération séduction à grande échelle

Décidément, le Forum d’affaires maroco-chinois a été riche en acquis pour les deux pays. En effet, le Maroc et la Chine ont signé, vendredi  28 novembre 2014 à Pékin, environ trente accords de coopération, des conventions et des mémorandums d’entente concernant plusieurs secteurs.

Il faut dire que le Forum, tenu sous le thème «Perspectives prometteuses pour un excellent partenariat stratégique», a connu la participation de 550 investisseurs des deux pays, couvrant des secteurs économiques diversifiés tels que les infrastructures, les énergies et mines, le tourisme, les finances, les banques et l’automobile.

Aussi, la signature des différents accords, à laquelle a assisté une délégation ministérielle marocaine et de représentants d’institutions étatiques et privées marocaines et chinoises, traduit dans les faits la volonté et l’ambition des deux pays de diversifier leurs relations bilatérales et de les élargir à des secteurs porteurs inexplorés auparavant.

La part belle au tourisme

Dans le domaine du tourisme, les deux mémorandums d’entente signés par l’ONMT et la convention de partenariat établie par la SMIT avec des partenaires chinois visent à accroître le flux des touristes en provenance de la Chine et favoriser l’investissement chinois au Maroc, en mettant en œuvre les projets touristiques structurants au Maroc et un programme de coopération et de partenariat en matière de développement de produits touristiques. À ce sujet, le ministre du tourisme, Lahcen Haddad, a relevé la diversification du produit touristique marocain et son aptitude à répondre à plusieurs segments de touristes.

Ces segments concernent aussi bien la classe moyenne chinoise, avec une élite orientée vers les expériences authentiques et la découverte du patrimoine historique et culturel, que le segment luxe dont la clientèle est fortement motivée par le shopping, ainsi que d’autres segments à haute valeur ajoutée, tel que le golf ou le tourisme des affaires. Aussi, tout en mettant l’accent sur les opportunités d’investissement qu’offre le secteur du tourisme dans le cadre de la Vision 2020, M. Haddad a souligné, à ce titre, la compétitivité du secteur du tourisme qui a pu, grâce à ce plan sectoriel, mettre en place d’importants leviers de développement.

L’énergie n’est pas en reste…

Dans le secteur de l’énergie et des mines, il a été procédé à la signature d’une convention entre la société d’investissements énergétiques et le «Ming Yang New Energy invest Holding Group». Cette convention permettra le développement d’une production d’équipements et de projets solaires au Maroc pour le marché local et international ouvrant ainsi le partenariat maroco-chinois au secteur des énergies renouvelables. Il a été également procédé à la signature d’une convention entre l’ONHYM et Nerin Engineering Co-Ltd qui ouvre la voie à un partenariat à long terme entre les deux pays dans le domaine de l’exploration et l’exploitation minières et pétrolière.

Le secteur bancaire au cœur du partenariat maroco-chinois

Dans le secteur financier et bancaire, la signature de neuf conventions par Attijariwafa bank, quatre par la BMCE et quatre par la BCP avec des groupes prestigieux chinois, dont certains portent sur le financement des échanges et des investissements, des infrastructures et des industries de base au Maroc et en Afrique, conforte l’ambition du Royaume de s’ériger en un hub financier et une plate-forme idoine des investissements en Afrique.

À ce titre, le président-directeur général du Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM), Othman Benjelloun, a souligné que «la communauté bancaire marocaine affirme sa détermination à conjuguer ses efforts avec les autorités publiques et la communauté des entreprises marocaines et chinoises afin de promouvoir un partenariat multidimensionnel entre la Nation de la grande marche et la Nation de la Marche Verte». Il a, dans ce sens, affirmé qu’il s’agit d’un partenariat «triangulaire» associant les gouvernements, les entreprises et les banques. «La triangularité nous semble être le maître mot qui caractérise la dimension stratégique, en même temps que géographique de notre partenariat», a-t-il ajouté. Dans ce sens, la conclusion de ces accords témoigne également de la confiance placée par la Chine dans le secteur bancaire national et la volonté commune des deux pays d’aller vers une forme de partenariat qui consacre l’ouverture sur d’autres créneaux plus porteurs à travers le lancement d’actions conjointes à l’adresse des pays africains.

Des perspectives prometteuses

En gros, ces accords visent le renforcement des relations économiques maroco-chinoises en vue de les hisser à un niveau stratégique. En ce sens, Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, a souligné que «le Maroc, eu égard à sa triple identité africaine, arabe et méditerranéenne, offre l’avantage d’être pour la Chine, ses entreprises et ses entrepreneurs, une plate-forme régionale, financière, de production et d’exportation de plus en plus compétitive». Aussi, il a invité les entreprises chinoises en quête de croissance et de développement à accompagner le processus d’émergence du Maroc en investissant en tant que partenaires stratégiques.

Pour sa part, la présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Miriem Bensalah-Chaqroun a souligné que «le Made in China est déjà ancré dans notre économie. En revanche, nous voulons aussi découvrir le Made by China in Morocco». À ce titre, elle a ajouté que les portes du Maroc sont ouvertes devant les investissements qui profitent à la fois à la Chine et créent de la valeur et des emplois au Maroc, déplorant par ailleurs la faiblesse des investissements chinois dans le Royaume. Dans ce sillage, le ministre de l’équipement, du transport et de la logistique, Aziz Rabbah, a souligné la détermination du Royaume à ouvrir, l’année prochaine, une liaison aérienne avec la Chine, l’ambition étant d’encourager les hommes d’affaires chinois à venir investir au Maroc.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *