Forum Maroc-Japon pour l’agriculture et la pêche: Plan Maroc Vert et Halieutis à l’honneur à Tokyo

Forum Maroc-Japon pour l’agriculture et la pêche: Plan Maroc Vert et Halieutis à l’honneur à Tokyo

Le ministre de l’agriculture et de la pêche maritime est allé promouvoir les potentialités du Maroc dans les secteurs de l’agriculture et de la pêche maritime au pays du Soleil Levant.

C’est avec l’objectif d’attirer plus d’investissements japonais au Maroc que Aziz Akhannouch a présidé hier, mercredi, à Tokyo, les travaux du Forum Maroc-Japon pour l’agriculture et la pêche. Organisé dans le cadre de la visite de travail de M. Akhannouch au Japon à la tête d’une importante délégation d’acteurs des secteurs en question, le Forum Maroc Japon s’est déroulé en présence de la vice-ministre au ministère japonais de l’agriculture, des forêts et des pêches, Yuko Nakagawa et de l’ambassadeur du Maroc au Japon Samir Aarour.

Aziz Akhannouch n’a pas manqué, lors de son allocution d’ouverture, de se féliciter de la qualité des relations qui lient les deux pays, citant à cet égard les effets positifs qu’a eus la visite royale de 2005 sur la coopération maroco-nipponne.

Le ministre a ainsi salué l’ouverture à Casablanca d’un bureau de l’Organisation japonaise de commerce extérieur (JETRO), qui permettra d’accélérer les échanges et de dynamiser les investissements japonais au Maroc. Il a également rappelé le rôle central que joue l’Agence japonaise de la coopération internationale (JICA), qui a contribué au financement de pas moins de 33 projets dans le secteur de l’agriculture et de la pêche maritime d’une valeur totale d’environ 3 milliards de dollars. La promotion du potentiel du Maroc dans les deux secteurs était aussi au centre du discours de M. Akhannouch.

Le ministre a notamment mis en  avant la dynamique et les avancées que connaît le pays depuis le lancement des stratégies Halieutis et Plan Maroc Vert, soulignant le développement très important en quantité et en qualité de la production, mais aussi l’augmentation des investissements et du volume des exportations des deux secteurs.

Il faut, par ailleurs, noter que le Japon dépend principalement de ses importations pour ses besoins en agrumes et des produits de la filière olive, ce qui en fait un marché très prometteur pour les exportateurs marocains.

Les exportations du Royaume vers ce pays sont essentiellement composées de produits de la pêche maritime et des industries de la pêche, notamment les exportations de poulpe qui ont atteint environ 95 millions de dollars en 2013, enregistrant une hausse de 82% par rapport à l’année précédente.

Par: Sara El Majhad
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *