Fruit d’un partenariat maroco-ivoirien : La totalité des plates-formes de la baie de Cocody livrée d’ici la fin 2018

Fruit d’un partenariat maroco-ivoirien : La totalité des plates-formes de la baie  de Cocody livrée d’ici la fin 2018

«Nous sommes dans le calendrier». Ainsi s’est exprimé, vendredi à Salé, Patrick Achi, ministre et secrétaire général de la présidence de Côte d’Ivoire, à propos de l’avancement du projet de sauvegarde et de valorisation de la baie de Cocody à Abidjan.

Le responsable, qui était accompagné, pendant deux jours, d’une délégation pour le suivi de ce projet démarré en 2015, a également précisé que la livraison aura lieu à la «fin 2020». «Au bout de trois ans, l’avancement est satisfaisant. Les études sont déjà achevées. Nous sommes également en phase finale du choix du fournisseur», détaille-t-il.

Outre cet achèvement, la quasi-totalité des problèmes est, selon Pierre Dimba, directeur général de l’agence ivoirienne Ageroute, «réglée». Selon ses dires, l’évolution des travaux de la composante maritime et celle d’assainissement ont atteint 33%. L’objectif étant de livrer la totalité des plates-formes d’ici la fin 2018. 

A propos des problèmes, Ali Ouazzani, directeur de «Marchica Med Afrique», précise que la partie Est d’une lagune, qui fait partie de ce projet, est assez polluée. C’est pourquoi les études menées ont également concerné la collecte des eaux usées. «Une station d’épuration est en cours d’étude», enchaîne M. Ouazzani. Selon ses dires, un autre problème réside dans le renouvellement des eaux de la lagune par celles bleues. Des études sont, comme il le précise, en cours de finalisation à cet effet. Cette expertise marocaine fait chaud au cœur de M. Achi qui ne manque pas de la louer. Il se félicite, de plus, de l’expérience du Royaume en matière de financement du projet. «Environ 500 millions de dollars ont été mobilisés en 3 mois», indique-t-il. Pour rappel, la valeur totale du projet est d’environ 700 millions de dollars.

Ce partage d’expériences est également soulevé par Saïd Zarrou, président du directoire de la société d’Etat Marchica Med. Il indique que ce partage est également souhaité par SM le Roi. M. Zarrou précise que l’objectif du projet est de «transformer la nuisance en plaisance». Il rappelle qu’un plan d’aménagement du projet a été conçu après le discours royal consacré en 2014 à la stratégie Sud-Sud. «Nous avons fêté mercredi dernier les 3 années du démarrage effectif du projet», se félicite-t-il.

Pour l’heure, le projet est en phase de construction. «Au fil de la valorisation, il va falloir évoluer vers une agence. Ainsi, nous aurons des concessionnaires pour exploiter le projet dont les textes juridiques font l’objet de réflexion», ajoute M. Achi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *