Fruits et légumes : Les nouveaux enjeux et risques sous la loupe

Fruits et légumes : Les nouveaux enjeux et risques sous la loupe

Le gotha de la filière était réuni à Agadir

La ville d’Agadir a abrité jeudi un symposium international sous le thème «Fruits et légumes : s’adapter à son environnement national et international en mutation» en présence d’un panel d’experts marocains et étrangers.

Organisé par l’Association des producteurs de fruits et légumes (Apefel) et l’Association marocaine des conditionneurs maraîchers (Amcom) en partenariat avec l’Etablissement autonome de contrôle et de coordination des exportations (EACCE) et la Fédération interprofessionnelle marocaine de production et d’exportation des fruits et légumes sous l’égide du ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, cet évènement initié depuis 2002 se tient tous les deux ans sur différents thèmes : technique, commercial et qualité, et constitue un lieu de rencontre pour l’échange d’ expériences sur les changements subis par la filière concernée.

Selon l’Apefel, l’édition de cette année a porté sur un sujet d’actualité, en l’occurrence les mutations que connaît la réglementation internationale pour anticiper les surprises du marché au niveau mondial. En effet, les changements et mutations politiques, socio-économiques, environnementales que traverse le monde affectent directement et indirectement tous les secteurs de l’économie nationale, dont celui des fruits et légumes. Ces chamboulements posent de nouveaux enjeux et risques à ce secteur à différents niveaux, d’où la nécessité de s’y adapter, notamment avec la concurrence devenue très rude lors de ces cinq dernières années, alors que le consommateur devient de plus en plus exigeant.

Lors de cette rencontre, les différents experts se sont penchés sur les outils et approches à développer, les moyens à mobiliser et les modalités de coordination à suivre lors des dix prochaines années pour relever ces nouveaux défis, qui nécessitent l’adhésion de tous les acteurs impliqués.

Dans son intervention, Harou Abrou, directeur de l’Office régional de mise en valeur agricole du Souss-Massa (ORMVA/SM), a souligné que «le Plan Maroc Vert accorde beaucoup d’importance à la filière des fruits et légumes au niveau de la région du Souss-Massa. En matière d’investissement, 16 milliards DH sont accordés à cette région par le département de l’agriculture durant la période 2008-2020. Avec de grands projets structurants dont celui du dessalement de l’eau de mer qui va permettre pratiquement l’irrigation de plus de 15 mille hectares au niveau de cette région, surtout que le secteur occupe une place de choix dans l’économie agricole nationale. Ce dernier a connu un saut qualitatif, et doit continuer de faire face aux changements et mutations profondes qui se produisent à l’échelle nationale et internationale liés aux exigences imposées par la mondialisation au niveau de l’amélioration de la qualité et de la protection de l’environnement. Ce secteur est appelé plus que jamais à accélérer son intégration à l’économie mondiale en œuvrant à l’amélioration soutenue de sa compétitivité».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *