Fuite de cerveaux, vous avez dit ?

Il fait partie de ces jeunes qui ont choisi de s’installer, depuis quelques mois, dans le technopark de Casablanca. Il est convaincu comme des dizaines d’autres opérateurs dans le domaine des technologies de l’information que le Maroc dispose d’énormes potentialités et qu’il lui reste de savoir les exploiter. Il fait partie de ces jeunes entrepreneurs qui s’attendent à un véritable remaniement de l’enceinte dans laquelle s’activent les start-up au Maroc. Et en attendant que ce soit chose faite, ce jeune RME, contre-exemple de la fuite des cerveaux, essaye de se faire un nom auprès des clients potentiels et effectifs, marocains et étrangers. Ayant à son actif près de 3 années d’expérience dans la gestion des technologies de l’information, ses missions, furent principalement axées sur les secteurs des sociétés de services, de l’industrie et des banques.
De plus en plus, ses activités se concentrent vers la gestion, la supervision et l’encadrement des ressources dans les projets d’affaires électroniques, de sécurité Internet, d’architecture technologique et de Lotus Notes/ Domino, ainsi que dans leur processus de certification, affirme-t-il.
Licencié en mathématiques de l’Université Paris VI, il intègre quelques mois après l’école des arts et métiers d’où il décroche trois ans après le diplôme du cycle d’ingénieur en génie logiciel. Il ne tarde pas à rejoindre l’équipe de la société Unipower systems où il passe deux ans en tant que consultant et chef de projet. Il a développé pour son compte un module statistique adapté à l’outil « Mailwatcher » dont le rôle est d’administrer et de contrôler la messagerie Lotus Notes. A travers l’intégration de l’outil graphique showbusiness, visualiser le trafic messagerie sous forme graphique devient possible.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *