G20 agricole : La présidence française tente d’arracher un accord

G20 agricole : La présidence française tente d’arracher un accord

La présidence française du G20 a réuni depuis mercredi à Paris les ministres de l’Agriculture des économies les plus puissantes de la planète, dans l’espoir d’arracher un accord d’ici ce jeudi sur la lutte contre la volatilité des prix des produits agricoles. Le président français Nicolas Sarkozy devait donner le coup d’envoi des ultimes négociations, en recevant mercredi soir ces vingt ministres de l’Agriculture avant un dîner de travail. Il devait à cette occasion plaider une nouvelle fois en faveur d’une régulation plus étroite des marchés de matières premières. La semaine dernière à Bruxelles, M. Sarkozy s’en est pris à la «financiarisation» des marchés qui permet d’échanger jusqu’à «46 fois la production annuelle mondiale de blé» ou «24 fois celle du maïs» et comparé la spéculation à la mafia. «Si un pays ne combat pas les mafias, doit-on renoncer à combattre les mafias ?», a lancé le président français.
Pour Paris, la situation est d’autant plus urgente que la question de la sécurité alimentaire après les émeutes de la faim de 2007 et 2008 est loin d’être réglée. Ces derniers mois, les cours des céréales se sont encore envolés sur les marchés mondiaux. Quelque 900 millions d’individus souffrent aujourd’hui de malnutrition. En 2050, il faudra nourrir deux milliards d’habitants de plus. Dans la dernière ligne droite des négociations, le ministre français de l’Agriculture, Bruno Le Maire, reconnaît qu’un accord «sera difficile à arracher». Mais il affirme qu’il ne cédera pas pour autant sur les «orientations cardinales» de la présidence française comme la régulation des marchés pour emporter un accord. «Ce sera fumée blanche ou fumée noire. Il n’y aura pas de demi-mesures», assure-t-il. «Ce texte doit de substance, marquer un premier progrès vers une gouvernance agricole mondiale (…) sinon il n’y aura rien».
Pour y parvenir, la France a pris soin d’écarter les sujets les plus polémiques, au grand dam de certaines organisations non gouvernementales.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *