Gas Natural s’offre Endesa

Gas Natural s’offre Endesa

Le gouvernement espagnol a autorisé vendredi sous conditions l’OPA hostile du groupe gazier Gas Natural sur l’électricien Endesa pour donner naissance à "l’une des plus importantes entreprises d’Europe" dans un secteur énergétique en ébullition depuis plusieurs mois. Farouchement opposé à cette opération, Endesa a dit être "en train d’étudier un recours" devant le tribunal suprême, sa dernière arme légale pour contrer son absorption par Gas Natural, dont le chiffre d’affaires représente le tiers de celui du premier électricien espagnol. Le troisième groupe d’électricité espagnol, Union Fenosa, a en revanche appelé à enterrer la hache de guerre dans une affaire qui avait pris un tour politique dès l’annonce de l’OPA en septembre, considérée par la presse conservatrice comme une opération pilotée par les nationalistes catalans. Le principal actionnaire de Gas Natural, entreprise basée à Barcelone, est la puissante caisse d’épargne catalane La Caixa. Le Parti populaire (PP, opposition de droite) a assuré vendredi que s’il remportait les élections de 2008, il "démonterait le monopole anticompétitif auquel le gouvernement a donné naissance ce jour". Le groupe gazier, qui devra réaliser des investissements plus importants que ceux qu’il avait envisagés, analysait vendredi après-midi les conditions posées par le gouvernement socialiste, se refusant à tout commentaire. Cette opération favorisera la concurrence en permettant l’émergence de nouveaux opérateurs, et l’Espagne deviendra "plus indépendante" en matière d’énergie, a assuré le porte-parole de l’exécutif, Maria Teresa Fernandez de la Vega, à l’issue du Conseil des ministres. En présentant en septembre son offre de racheter Endesa pour 22,5 milliards d’euros, Gas Natural avait affirmé nourrir l’ambition de créer le troisième groupe énergétique mondial en termes de clients.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *