Gasoil : Les taxes douanières baisseront de 2,2 points le 1er juillet de chaque année

Dans sa dernière sortie au Parlement mardi dernier, Mustapha Mansouri, ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Energie et des Mines, revient encore sur le démantèlement progressif des taxes douanières sur les produits pétroliers. Une décision qui, rappelons-le, a suscité des remous. Selon lui, le démantèlement n’affectera pas les ventes de La Samir dans la mesure où les importations de pétrole n’influeront pas la production de la société avant quatre ou cinq ans. Rappelons que le raffineur avait demandé au gouvernement de retarder cette échéance au moins pour deux années. Les distributeurs, quant à eux, ont demandé à l’Etat de respecter ses engagements internationaux. Chose faite. L’application du démantèlement progressif des taxes douanières sur les produits pétroliers a été approuvée, lors de la réunion présidée le 1er juillet par le Premier ministre.
Concrètement, les taxes douanières sur le gasoil, qui atteignent actuellement 17,5% subiront baisseront de 2,2 points, le 1er juillet de chaque année. Ces taxes seront supprimées définitivement en juillet 2009. Dans son intervention au Parlement, M. Mansouri a souligné que la révision des prix des produits pétroliers de la Samir a été mise en application depuis la 16 juillet courant, conformèment aux propositions de la commission interministérielle chargée de ce dossier.
La grille des prix a été actualisée, a souligné le ministre, indiquant qu’il sera procédé à la fixation des tarifs concernant la raffinerie La Samir deux fois par mois (au début et à la moitié de chaque mois) au lieu d’une seule fois qui était en vigueur. Et d’ajouter qu’il a été procédé à la restructuration de la grille des prix. A ce propos, il y a lieu de souligner que les arrêtés fixant les formules de calcul ont été au menu du Conseil du gouvernement tenu hier.
La révision des prix sera actualisée chaque quinzaine. Une chose est certaine : la révision des prix n’arrange en rien les affaires de La Samir. Selon son patron, Abderrahmene Saaïdi, la société sera condamnée à faire du stockage. Le manque à gagner pour l’entreprise est estimé à 400 millions de DH annuellement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *