Gèce : une erreur de négligence de la zone euro

Gèce : une erreur de négligence de la zone euro

Le président de l’Eurogroupe Jean-Claude Juncker a reconnu, samedi, que les ministres des Finances de la zone euro avaient commis une «erreur de négligence moyennement grave» en ne s’étant pas occupé suffisamment de la situation financière de la Grèce. «Nous considérons le manque de préoccupation face la situation de la Grèce comme une erreur de négligence moyennement grave», a-t-il déclaré à la presse. L’Eurogroupe, le forum des ministres des Finances de la zone euro, «va se pencher à l’avenir beaucoup plus intensivement et sévèrement sur la compétitivité des pays», a prévenu le Luxembourgeois. Selon lui, une exclusion de la Grèce de la zone euro «aurait des effets semblables à ceux d’un tremblement de terre, incontrôlables» et entraînerait une réaction «extensivement négative» des marchés financiers. «Sortir de la zone euro équivaudrait à la fin de tout pour la Grèce. Et serait absolument négatif aussi pour l’image de la zone euro», a-t-il ajouté. La Grèce, en prise à de graves problèmes de dette publique, a promis de prendre toutes les mesures nécessaires pour réduire son déficit. «Nous n’allons pas les laisser tranquilles», a averti M. Juncker, «nous allons constamment demander où les Grecs en sont dans leur programme de réformes». Le Luxembourgeois a réitéré sa volonté de s’attaquer aux écarts de compétitivité entre pays membres: «Nous devons faire attention à ce que les divergences ne s’accroissent pas toujours plus». «Une zone monétaire ne peut subsister à terme si les différences dans les bilans des économies nationales deviennent trop grandes», a-t-il prévenu.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *