Gel du Festival des Arts Populaires

La nouvelle est tombée comme un couperet dans les milieux professionnels marrakchis. Nul doute, qu’elle sera accueillie avec plus de consternation par les 600 artistes qui avaient l’habitude de participer au Festival national des arts populaires (FNAP) avec joie et allégresse depuis près d’une quarantaine d’années à cette manifestation culturelle et folklorique, la plus spectaculaire et la plus ancienne du Royaume.
Cette année, le FNAP est à sa 38ème édition. Mais malgré toute l’animation et l’ambiance féerique que crée cet événement durant une dizaine de jours, en période estivale, considérée comme une saison basse, la Direction générale de l’ONMT, notre Office national du Tourisme, après concertation avec la présidence du GRIT-Marrakech-Tensift-Al Haouz, a adressé tout récemment une lettre à Mohamed Knidri, président de l’Association le Grand Atlas (AGA) et président du Conseil d’administration du FNAP dans laquelle, elle l’informe qu’elle a décidé de suspendre la subvention de 1 million de DH allouée chaque année et de geler cette édition afin de marquer une pause de réflexion avant la reprise.
Pour cette année, cette subvention irait dans les caisses du GRIT-Marrakech. Dans sa lettre, la directrice Générale de l’ONMT prétend que cette enveloppe financière n’est pas utilisée dans le bon sens. Elle annonce également que la commercialisation et la couverture médiatique du FNAP sont défaillantes. Or, Mme Bennis, ignore peut-être que l’ONMT, quand il avait la charge de l’organisation du FNAP, dépensait de 5 à 6 millions de DH à chaque édition.
Le mérite ou plutôt le tort de M. Knidri est d’avoir eu le courage de prendre en charge l’organisation du FNAP en 1999 avec une subvention dérisoire qui ne suffisait même pas à couvrir les frais de logistique et les salaires des 600 artistes qui venaient de toutes les régions du Royaume. Quand aux recettes d’entrées elles atteignent à peine les 300.000 DH.
Bien sûr, les professionnels du tourisme, sous l’égide de l’ancien bureau du GRIT offraient des prestations diverses, hébergement, restauration, transport terrestre etc… et cela, grâce à la personnalité des présidents des organismes AGA et GRIT Marrakech, co-organisateurs du FNAP. Ils usaient également de toute leur influence et leurs relations personnelles pour faire participer les collectivités locales et les instances élues aux frais d’organisation et de gestion. Le ministre des Affaires culturelles, la RAM, l’ONDA étaient partenaires dans l’organisation du Festival.
Pourquoi la direction générale de l’ONMT va-t-elle mettre tous ces organismes au pied du mur et geler une nouvelle fois une manifestation dont la réputation et l’impact sur notre tourisme sont indéniables alors que de 1995 (34ème) édition à 1999 (35ème) le FNAP a connu trois saisons blanches. Le Conseil d’administration, fort du succès remporté par le FNAP depuis sa reprise a déjà arrêté le thème « Les rythmes éternels » et a fixé la date de la 38ème édition qui va avoir lieu du 5 au 14 Juillet 2002.
Le programme détaillé de cette prochaine édition est établi depuis le mois d’août dernier. Il a été diffusé dans le cadre de la promotion du Festival dans les salons étrangers de tourisme ( Milan, Berlin et Paris).
Plusieurs agences de voyages et de tourisme, nationales et étrangères, ont déjà inclus le FNAP dans leur package pour la saison estivale.
Signalons également que les dégâts occasionnés par le gel de la prochaine édition du FNAP seraient considérables pour la promotion de notre tourisme, du fait que les professionnels commencent à peine à percevoir les prémices d’une reprise timide après les événements du 11 septembre dernier.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *