Généralisation des labels commerciaux dans l’artisanat

Basés principalement sur le respect des normes, dans la perspective de leur diffusion aux plans national et international afin de consacrer la culture de la qualité au sein du secteur de l’artisanat, les labels commerciaux collectifs voulus par le ministère de Adil Douiri, constituent la première pierre de la nouvelle politique artisanale.
Répondant au nom de M. Douiri à une question orale à la Chambre des représentants sur le contrôle des matières premières utilisées dans le secteur de l’artisanat, le ministre chargé des relations avec le Parlement, M. Mohamed Saâd El Alami, a indiqué que le ministère a oeuvré pour rendre « obligatoires » les normes touchant directement à la santé et à la sécurité du consommateur, à l’instar de celles en vigueur en ce qui concerne les ustensiles de cuisine en poterie.
Pour améliorer la production et garantir la qualité des produits, il a fait état de la création de cinq commissions techniques des normes, concernent les secteurs de la tapisserie, de la poterie, de la bijouterie, des industries de cuivre et de la maroquinerie, précisant que ces commissions, qui travaillent de manière permanente et régulière, sont composées des représentants des artisans des métiers concernés, du ministère ainsi que des laboratoires spécialisés et du service des normes industrielles marocaines.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *