Globalia entretient le mystère

«Air Europa devait normalement commencer ses activités ce jeudi !». C’est ce qui se dit au ministère du Transport où l’on est avare de commentaires sur la question. La balle est désormais dans le camp de la compagnie espagnole qui, ces derniers jours, s’est montrée très hésitante. Filiale du puissant Groupe touristique Globalia Corporacion, formé, entre autres, de l’agence de voyages détaillant Halcôn Viajes, du Tour Opérateur Travelplan et de la chaîne hôtelière Globalia Hôteles, Air Europa s’était convenu avec les autorités marocaines, moyennant une subvention assez conséquente (entre 300 000 et 500 000 euros) d’ouvrir deux nouvelles lignes sur le Maroc dont l’une, sur l’axe Madrid-Marrakech, à raison d’une fréquence de deux vols par semaine à 120 euros, devrait être opérationnelle dès ce début novembre. L’autre desserte, programmée sur Fès, était attendue pour les mois à venir. Mais depuis, sur le terrain, les choses ont changé. Poursuivant son programme de développement et sa politique de destination point à point, la RAM a annoncé la mise en place des directs entre Madrid et Marrakech. Est-ce cela qui aurait amené les dirigeants de Globalia à traîner les pieds ? Apparemment non. « L’arrivée de la RAM, chose somme toute, normale est bénéfique pour Marrakech. Le Tourisme a besoin des liaisons directes et des prix de l’aérien attractif», déclare le président du GRIT de Fès, Driss Faceh, proche du receptif de la compagnie Air Europa au Maroc. «Cela ne peut que stimuler la destination qui reste très demandeuse en termes de sièges d’avions». A Marrakech, les hésitations de Air Europa, captent l’attention des professionnels. La question a été abordée en fin de semaine dernière à l’occasion de la présentation du plan marketing pour l’Espagne, en présence notamment du Directeur adjoint de l’ONMT, du Directeur de l’ONMT-Madrid et de tous les professionnels. Ces derniers sont, à l’image du président de leur CRT, généralement favorables à l’investissement de la RAM sur cet axe pour plusieurs raisons. Il y a d’abord la situation endémique du marché espagnol, en perte de vitesse sur Marrakech (chute de 60% du volume des arrivées sur les trois dernières années). « La mise en place des deux vols hebdomadaires de la part de la RAM, à raison de 160 euros est très bénéfique pour la destination. La programmation de ces vols, sur le week-end permet de toucher une clientèle B+ et A, à haute contribution orientée vers des produits spécifiques comme le golf, les casinos », commente M. Bensouda. Bref, l’avantage du plan présenté par la RAM est qu’il permet de toucher un plus grand nombre de TO. C’est un gage de diversité pour Marrakech. Le programme de la compagnie nationale aussi évolutif dans le temps et dans l’espace doit se poursuivre avec une extension sur d’autres villes, Casablanca et Tanger, entre autres. Quant à Globalia, son offre tout aussi intéressante, présente au moins un handicap majeur puisqu’elle sera destinée avant tout à alimenter son Tour Opérateur Travel Plan avec un appui promotionnel assez important de la part du Maroc. Pourquoi, suggère un professionnel à l’adresse des autorités, ne pas orienter Air Europa sur l’axe Barcelone-Madrid ? Cela permettra de mettre la ville ocre en liaison directe avec la Catalogne qui demeure l’une des régions les plus émettrices de touristes en dehors de l’Espagne. Dèjà, l’ONMT y est présent à travers un bureau bien étoffé. L’introduction d’une liaison directe, continuité logique des actions de promotion, serait bénéfique et éviterait aux touristes issus de cette région de larges détours par Rome, Madrid ou Paris pour venir à Marrakech. Des suggestions que M. Azouzi, le tout nouveau directeur adjoint de l’ONMT n’a certainement pas manqué de relever. Pour le moment, l’urgence d’après le président du CRT de Marrakech, c’est de mener une campagne de repositionnement sur le marché espagnol. Eductours, voyages de presse, tout un programme a été concocté en ce sens en partenariat avec l’ONMT-Madrid. Cela débutera dès fin novembre avec les premiers vols de la RAM. « Une promotion vigoureuse est nécessaire pour contrer les effets des crises politiques successives qu’ont traversées le Maroc et l’Espagne ». Le plan marketing présenté par Saïd Kassimi, le Directeur de l’ONMT à Madrid, très complet, servira à cet effet de rampe de lancement après deux années d’absence.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *