GPBM : hommage à Peter Cooke

Bank Al Maghrib vient de mettre en place un nouveau système de paiement dénommé « Système des règlements bruts au Maroc ».
A cette occasion, M. Benjelloun, président du GPBM et de BMCE Bank a reçu, vendredi dernier, Peter Cooke dont le nom est associé depuis 1974 au fameux ratio prudentiel, le «ratio Cooke» et qui a dirigé, des années durant, la Banque d’Angleterre avant de devenir président du Comité de la Banque et des règlements internationaux dit « Comité de Bâle ».
Peter Cooke incarne à cet égard, aux yeux de ses hôtes marocains, « ce qu’il y a de mieux dans le mouvement irréversible de la mondialisation et de la globalisation ». En témoigne sa préoccupation professionnelle majeure pendant un demi-siècle : trouver les voies et les moyens de renforcer la solidité du système bancaire et financier international. Peter Cooke s’est également illustré par une carrière exemplaire dans le monde du multilatéral : Banque des règlements internationaux, Fonds monétaire international et CEE.
On lui doit une idée simple mais lumineuse. A la suite de la faillite financière d’une société allemande qui aurait pu avoir un effet domino catastrophique sur d’autres banques, il crée en 1974 avec un groupe d’experts le Comité de Bâle pour le contrôle bancaire qui établit des recommandations de supervision bancaire et définit pour la première fois les notions de fonds propres réglementaires : c’est ainsi que fut conçu le ratio Cooke de solvabilité minimum, salué par Othman Benjelloun comme l’invention d’un ratio magique, contraignant et protecteur à la fois.
Les travaux que Peter Cooke préside pendant de longues années ont ainsi ouvert la voie à l’établissement d’un dispositif prudentiel inédit : celui-ci sécurise et fiabilise la finance internationale, diffuse et promeut les meilleurs pratiques bancaires et de surveillance de même qu’il institutionnalise la coopération internationale.
Depuis sa retraite de la Banque d’Angleterre, Peter Cooke n’a en fait jamais cessé de faire progresser l’univers de la finance internationale et l’activité bancaire. Il a exercé des responsabilités d’administrateur ou de conseiller dans de grandes banques commerciales et d’affaire. La carrière bancaire de Peter Brooke n’est d’ailleurs pas près de s’interrompre.
Sa réception par le Groupement professionnel interbancaire marocain et le vibrant hommage qui lui a été rendu par M. Benjelloun s’inscrivent, entre autres, dans le contexte de la création par BMCE Bank d’une filiale à Londres, dont Peter Cooke sera l’un des administrateurs. L’occasion pour M. Benjelloun de rappeler que le système bancaire marocain représente depuis des décennies le pilier le plus solide des institutions économiques de ce pays. «Ce système qui associe banques publiques et privées, banques de capitaux majoritairement marocains et banques étrangères, est le résultat d’œuvres individuelles et collectives auxquelles la contribution des autorités monétaires, tant le ministère des Finances que Bank Al Maghrib, fut décisive», a déclaré M. Benjelloun en précisant qu’au cœur d’une telle solidité financière figure «la recherche constante d’adaptation et de conformité de notre système réglementaire et de régulation aux meilleures pratiques internationales».


 Le Comité de Bâle


Ce comité se réunit quatre fois par an et se compose actuellement de représentants des banques centrales et des autorités prudentielles des 13 pays suivants : Allemagne, Belgique, Canada, Espagne, États-Unis, France, Italie, Japon, Luxembourg, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède et Suisse.
Il est chargé des missions suivantes :
– le renforcement de la sécurité et de la fiabilité du système financier,
– l’établissement de standards minimaux en matière de contrôle
prudentiel,
– la diffusion et la promotion des meilleures pratiques bancaires et de
surveillance
– la promotion de la coopération internationale en matière de contrôle
prudentiel.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *