Grand succès pour l’édition 2015: Le Forum Afrique développement devient annuel

Grand succès pour l’édition 2015: Le Forum Afrique développement devient annuel

Il s’agit de l’incontournable Forum Afrique développement dans sa troisième édition. Organisé sous le Haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI par le groupe Attijariwafa bank et Maroc Export, le forum a rempli tous ses engagements.

«Vos analyses aiguisées émises lors des panels, et les interventions de haut niveau, traitant des problématiques liées aux enjeux de diversification des sources d’énergie et de la sécurité énergétique, de valorisation des ressources agricoles et de la sécurité alimentaire, et enfin au sujet des enjeux et des modes de partenariats et de financements des infrastructures ont été fidèlement reprises», a souligné M. Mohamed El Kettani, président-directeur général du Groupe Attijariwafa bank, dans son discours de clôture.

C’est ainsi qu’à l’issue des trois panels qui ont constitué le Forum, une pluie de recommandations stratégiques a été formulée (voir encadré).

Par ailleurs, la grande annonce de cette 3ème édition a été formulée par M. El Kettani : «Grâce à notre partenariat avec Maroc Export, que nous remercions pour son engagement sans faille auprès de nous, nous nous sommes engagés à rendre ce rendez-vous africain annuel, et qu’on en fasse une fête africaine de l’entrepreneuriat».

Et de poursuivre : «Dans le souci permanent du Groupe Attijariwafa bank de toujours mieux s’investir auprès de son continent, que je suis heureux de vous annoncer, la création du Club Afrique développement qui animera tout le long de l’année les temps de débats, les temps de rencontres et répondra aux demandes précises de chacun des participants».

Ainsi, plus de 1.700 opérateurs économiques et institutionnels de 18 pays d’Afrique ont participé à l’évènement. Aussi, durant les deux jours du Forum, plus de 4.500 rencontres B to B ont été organisées entre décideurs et investisseurs économiques.

Recommandations des trois panels
 

«Energie électrique» : Diversification des sources d’énergie et sécurité énergétique

– Inscrire les stratégies nationales individuelles dans le cadre global du marché international en vue d’une réponse commune dans un marché global

– Nécessité de coordination de ces stratégies

– Défi de dimensionnement et d’entretien de l’énergie électrique

– Opportunité pour le Maroc de faire levier sur ses compétences acquises grâce au programme d’électrification rurale pour développer ses activités à l’étranger

– Passer à l’étape «Energie version 2.0», notamment en termes d’énergies renouvelables
«Agro-industrie» : Valorisation des ressources agricoles et sécurité alimentaire

– L’autosuffisance alimentaire en Afrique doit être centrale et stratégique

– Le développement agricole est le meilleur moyen de freiner l’exode rural

– Nécessité de gérer les divergences d’horizons entre le temps agricole et celui des marchés

– S’inspirer de la politique agricole commune

– Adresser les défis relatifs aux titres fonciers et à la réglementation de la location de terrains

– Mettre en place une fiscalité incitative à la transformation locale de produits bruts

– Transformer localement pour des produits finis adaptés aux habitudes alimentaires locales

– Innover pour des méthodes d’irrigation plus efficaces

– Intégrer les petits producteurs dans le processus et la stratégie nationale agricole

– Faire de grands aménagements afin d’accueillir de grands projets agricoles
«Infrastructures» : enjeux, mode de partenariats et de financements

– S’engager dans des investissements prioritaires avec des politiques efficientes

– Accélérer la mise à niveau de la gouvernance des projets d’infrastructures

– Donner de l’importance à l’étape de préparation des projets

– Prévoir des cadres institutionnel et juridique pour les partenariats public-privé

– Harmoniser l’environnement juridique, fiscal et d’affaires à l’échelle des régions en vue de faciliter les transferts de capitaux transfrontaliers

– Œuvrer pour une convergence des cadres légaux et réglementaires

– S’approprier les projets de développement de places financières régionales

– Créer des plateformes logistiques dans les sous-régions

– Pour les hubs existants (ex Tanger Med), créer des synergies avec des ports africains

– S’inspirer d’expériences de financement réussies et les adapter à l’Afrique

– Développer des projets communs d’infrastructure

– Coordonner à l’échelle régionale en faveur des projets d’investissements en infrastructure

– Œuvrer à créer des groupes panafricains de taille mondiale

– Transformation financière de l’Afrique

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *