Grande-Bretagne : Un marché porteur

Les Britanniques s’intéressent de plus en plus au Maroc. C’est ce qui ressort d’une note de présentation de l’ambassade de Grande-Bretagne au Maroc. Un intérêt qui revêt un caractère divers et dont la spécificité, une fois n’est pas coutume, reste que le Maroc exporte plus qu’il n’importe de ce pays. En témoigne l’évolution (1996-2002) des échanges commerciaux entre les deux pays. Si les exportations britanniques ont totalisé un montant de 2480 millions de livres sterling, les importations, elles, ont été de l’ordre de 2817. Idem pour le premier semestre 2003 où les exportations britanniques ont été de 191.1 millions de livres sterling, contre un montant total d’importations de 278.1 millions de livres. Autre spécificité, le Maroc est le marché britannique au Maghreb qui connaît l’expansion la plus rapide. Sixième investisseur au Maroc entre 1992 et 2002, le Royaume-Uni est le troisième plus important marché d’exportation du Maroc (le Maroc exporte plus que l’Egypte vers le Royaume-Uni). Parmi les importantes sociétés britanniques au Maroc, figurent GlaxoSmithkline, Shell, British Airways, Marks & Spencer et Unilever. En incluant les sociétés entièrement détenues, les joint-ventures et concessions, il y a environ 80 entreprises britanniques basées au Maroc. Les cinq principaux secteurs d’exportation britanniques sont la confection et les accessoires pour vêtements, (fils pour textiles, tissus, articles de confection et produits y afférents), équipement de télécommunications et d’enregistrement de son, machines spécialisées, équipement de transports et gaz. Les cinq principaux secteurs d’exportation du Maroc vers le Royaume-Uni incluent des articles de confection, des produits chimiques inorganiques, fruits et légumes, engrais et conserves de poisson. 50% des échanges commerciaux dans les deux sens sont générés par le secteur du textile. Quelque 30.000 Marocains employés dans 150 usines travaillent directement pour l’industrie textile britannique. 15% des produits de Marks & Spencer viennent du Maroc – plus que tout autre pays. Dewhirst, Donisthorpe, Automatic Braiding font également de bonnes affaires. Le Royaume-Uni est également un important fournisseur de semences de pommes de terre, de blé et d’équipement agricole. Chaque année, des sociétés d’Irlande du Nord vendent des semences de pommes de terre pour une valeur d’environ 2 millions de livres sterling. L’autre grand secteur où la coopération entre les deux pays est la plus remarquable est le pétrole et le gaz. Il est à rappeler dans ce sens que Agrekko (UK) est venu à la rescousse de la SAMIR après l’incendie à la raffinerie et a fourni du courant temporaire rapide comme solution pour garder l’usine opérationnelle. Trois PME britanniques (Exploration Consultants Ltd, IMC Geophysics et Downhole Technology) effectuent du travail pour l’ONAREP, la société pétrolière d’Etat, et Foster Wheeler basée à Reading a obtenu le FEED pour l’expansion de la raffinerie SAMIR. Shell détient des licences d’exploration, gère des stations d’essence et distribue du gaz LPG. 35 PME britanniques ont été classées fournisseurs clés par l’OCP, l’Office national des phosphates. La coopération internationale n’est pas en reste. La Grande-Bretagne est à elle seule un des principaux donateurs du programme de coopération de l’UE pour le Maroc. Sur le volet social, Mayfair Development Ltd UK a obtenu un contrat de 50 millions £ pour la construction de logements sociaux à Casablanca. Le projet porte sur la construction de 5000 logements à prix modéré et 170 magasins. Signe de cette évolution favorable, le Conseil d’Affaires maroco-britannique, un groupe du secteur privé présidé conjointement par Mourad Chérif et Sir David Walker, a été créé en 2001 pour promouvoir les échanges commerciaux britanniques avec le Maroc.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *