Gréce : aucun appel au FMI ne sera lancé

Gréce : aucun appel au FMI ne sera lancé

La Grèce ne fera en «aucun cas» appel au Fonds monétaire international (FMI) pour résoudre sa crise financière, a affirmé le vice-Premier ministre grec Théodore Pangalos, dans une interview publiée dimanche dans le journal To Vima. «Oui», l’éventualité d’un recours au FMI a été écartée, «il n’y a en aucun cas» une telle éventualité, a déclaré M. Pangalos. «Nous sommes dans le système européen, cela revêt des avantages stratégiques, c’est un choix stratégique», a-t-il ajouté. Une mission de la Commission européenne avec des experts de la BCE, et des délégués du FMI chargés d’une expertise technique, est attendue cette semaine à Athènes pour examiner l’avancement du plan d’économie grec. M. Pangalos a réitéré que le gouvernement ne comptait pas prendre des mesures de consolidation supplémentaires réclamées par Bruxelles jusqu’à la prochaine évaluation, à la mi-mars, des comptes grecs par la Commission européenne. Athènes a déjà annoncé une série de mesures fiscales et salariales pour soutenir son programme de stabilité visant à réduire de quatre points son déficit public en 2010, de 12,7% du PIB en 2009 à 8,7%. Les ministres des Finances européens ont demandé, mardi dernier, à la Grèce d’annoncer des «mesures supplémentaires» d’économie «d’ici au 16 mars» si elles devaient s’avérer nécessaires pour atteindre son objectif de réduction de quatre points de son déficit public. Selon M. Pangalos, Bruxelles a demandé «des mesures fiscales supplémentaires dans des domaines précis» et «l’abolition du 14e mois» dont bénéficient de nombreux salariés grecs. Le vice-Premier ministre a par ailleurs estimé que l’attaque des spéculateurs entamée contre la Grèce «va se poursuivre» contre le Portugal et l’Espagne.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *