Green Energy Park : Les premiers détails…

Green Energy Park : Les  premiers  détails…

Un centre unique de recherche sur le solaire voit le jour à Ben Guerir

La première plate-forme de recherche intégrée pour le solaire en Afrique est aujourd’hui opérationnelle. Baptisée «Green Energy Park», elle a été finalisée quasiment en même temps que la station Noor I. Un timing qui en dit long sur les perspectives de ce centre de recherche unique au niveau mondial. Fruit d’un partenariat entre l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (Iresen) et le Groupe OCP, le «Green Energy Park» dévoile aujourd’hui son potentiel et ses perspectives aux lecteurs d’ALM.

Green Energy Park : C’est quoi ?

Il s’agit de la première plate-forme de test, de recherche et de formation dans le domaine du solaire jamais réalisée en Afrique. Edifiée à Ben Guerir (70 km de Marrakech), cette infrastructure imposante s’étale sur une superficie de 8 hectares. Elle couvre, ainsi, toute la chaîne de valeur de recherche et développement dans le domaine du solaire en intégrant 3.100 m² de laboratoires de recherche de pointe dans le domaine du photovoltaïque et du CSP ainsi que des plates-formes de tests et de prototypage (1,5 ha) et des projets pilotes à échelle réelle (plus de 6 ha). Des projets qui intéressent beaucoup les entreprises et les industriels. «Nous avons finalisé, en partenariat avec OCP et l’Université Mohammed VI Polytechnique, la première plate-forme de recherche intégrée pour le solaire en Afrique», explique à ALM Badr Ikken, directeur général de l’Irsen. Et de poursuivre : «Pour l’instant ce n’est qu’un projet pilote, mais je peux déjà le dire et ça m’a été confirmé, il s’agit d’un centre de recherche unique au niveau mondial».

Green-Energy-Park-1

Un timing bien choisi…

D’après M. Ikken, achevé presque en même temps que Noor I, le «Green Energy Park» arrive au bon moment. «Lorsque la stratégie solaire a été lancée, le Maroc s’est orienté vers la dynamique de soutien au développement de grandes centrales solaires, thermiques et photovoltaïques. Mais, très vite l’on s’est rendu compte que nous avions un potentiel encore plus important que cela. Nous avons compris que nous avions un réel besoin en matière d’intégration industrielle», fait remarquer notre expert. Et de poursuivre : «C’est là que nous nous sommes orientés vers le soutien à la recherche et développement et à l’expertise avec la mise en place de centres de formation et de R&D. Et aujourd’hui, tout a abouti en même temps».

Une valeur ajoutée sûre !

Le Green Energy Park suscite déjà l’intérêt des industriels.

«Aujourd’hui, on travaille avec la première entreprise qui produit des modules photovoltaïques au Maroc pour améliorer ses produits, en parallèle nous collaborons avec un très grand groupe américain, l’un des premiers producteurs de modules photovoltaïques au monde, pour tester ses modules dans les conditions climatiques marocaines», explique M. Ikken, qui ajoute qu’«au niveau des universités, on développe le savoir. Mais, pour passer à l’industrialisation, le simple savoir ne suffit pas, il faut du savoir-faire. En ce sens, le Green Energy Park permet justement de ponctuer le parcours universitaire par un travail de terrain qui complète parfaitement les compétences des jeunes lauréats».

Quid du montage financier ?

Pour sa création, la plateforme a mobilisé une enveloppe budgétaire de 220 millions de dirhams. Cet investissement a été assuré par l’Iresen à hauteur de 60 millions de dirhams et par le Groupe OCP, qui a également apporté 60 millions de dirhams. Le reste vient de levées de fonds étrangères assurées par la coopération allemande et le gouvernement coréen. «La Corée, étant un pays de recherche et de développement, nous a beaucoup soutenus pour la création du Green Energy Park. Un soutien qui se poursuivra avec le lancement, probablement en fin d’année, d’une deuxième et troisième plates-formes au Maroc». En effet, avec le succès avéré du Green Energy Park, bien avant son inauguration officielle, l’Iresen s’apprête à lancer deux nouveaux projets. Il s’agit du «Green Building Park», dédié à l’efficacité énergétique en matière de construction et BTP et à l’intégration des réseaux intelligents, prévu également à Ben Guerir et du «Nexus Eau Energy» qui sera développé au niveau de Laâyoune.

Centrale-CSPCentrale CSP

Développement et installation d’une nouvelle génération de centrales thermo-solaires modulaires de petite capacité 1 MW en capteurs cylindro-paraboliques.

 

 

 

Centrale-PVCentrale PV

Installation d’une centrale pilote photovoltaïque 120-200 kWc, utilisant 5 technologies différentes (c-Si, a-Si, CIGS, CdTe, OPV) pour la caractérisation.

 

 

 

Centrale-SUNPOWER-C7Centrale Sunpower C7

Installation d’une nouvelle génération de CPV à basse concentration, pour mettre en évidence les preuves de ce nouveau concept et pour comparer.

 

 

 

Centrale-HCPVCentrale HCPV

Mise en place d’un système CPV à haute concentration combiné à un système d’accumulateurs, pour étude et caractérisation de ses performances.

 

 

 

Le Green Energy Park au service de Noor
Green-Energy-Park-5Au sein du Green Energy Park les équipes travaillent sur des sujets importants pour les grandes centrales de la taille de Noor.

En effet, des sujets comme l’optimisation de l’eau et le nettoyage des miroirs peuvent paraître simples, mais ils s’avèrent compliqués à gérer sur le terrain.

Il y a effectivement des problèmes que l’on peut rencontrer au Maroc et pas ailleurs, comme l’encrassement des modules photovoltaïques ou encore les températures trop élevées, qui ne sont pas du tout relevés en Europe mais qui constituent de sérieux problèmes pour le Maroc et dans les pays subsahariens.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *