Grosse inquiétude dans le tourisme: Seulement 9,4 millions de touristes arrivés au Maroc à fin novembre

Grosse inquiétude dans le tourisme: Seulement 9,4 millions de touristes arrivés au Maroc à fin novembre

Le tourisme national tarde à retrouver sa vitesse de croisière. Voilà le triste constat auquel font face nos hôteliers. En effet, le bulletin des statistiques du tourisme à fin novembre 2015, publié par l’Observatoire du tourisme, démontre un recul évident de la compétitivité de la destination Maroc en faveur de ses destinations concurrentes. Ainsi, en cette année 2015, l’embellie a excellé dans l’art de se faire attendre et ce n’est certainement pas le maigre bilan du mois de décembre qui risque de renverser la donne. A mi-chemin de la Vision 2020, Le Maroc n’arrive même pas à atteindre les objectifs de la Vision 2010 (enregistrer 10 millions d’arrivées touristiques).

Les arrivées ne dépassent pas les 9,4 millions

Durant les onze premiers mois de l’année, le volume des arrivées aux postes frontières a atteint à peine 9,4 millions de touristes, en régression de 0,9% par rapport à la même période de l’année 2014. C’est ce qui se dégage des données communiquées par la Direction générale de la sûreté nationale et reprises par l’Observatoire du tourisme. De ce fait, les principaux marchés émetteurs ont enregistré des résultats en berne, en particulier celui de l’Italie qui a enregistré un recul de 5%, celui de la France, également, en régression de 5% et celui de la Belgique qui enregistre une baisse de 2%. En contrepartie, les timides arrivées des touristes en provenance de l’Allemagne ont progressé de 8%. De même, le Royaume-Uni a affiché une hausse de 6%. Ces hausses n’ont toutefois pas réussi à rattraper le recul enregistré sur les principaux marchés émetteurs du Royaume.

Les nuitées ne brillent pas

Selon les données communiquées par les professionnels de l’hébergement touristique, à fin novembre 2015, les nuitées totales réalisées dans les établissements d’hébergement touristique classés ont enregistré une baisse de 6,7% par rapport à la même période de 2014. Cette régression recouvre une baisse de 13% pour les touristes non-résidents et une hausse peu significative de 10% pour les touristes résidents. C’est ainsi que les deux pôles touristiques Marrakech et Agadir ont enregistré des baisses respectives de 7 et 8%, générant, à eux seuls, 68% des nuitées perdues à l’échelle nationale durant les onze premiers mois de 2015.
Les autres destinations ont également affiché des résultats négatifs en particulier la ville de Fès qui a enregistré l’une des baisses les plus importantes du Royaume avec 12% de nuitées en moins. Pour sa part, Casablanca a bouclé les onze premiers mois sur une baisse de 4% et Rabat et Tanger ont réalisé des baisses de 3% chacune.

Novembre a été gris pour le tourisme au Maroc

S’agissant des réalisations du seul mois de novembre 2015, les chiffres démontrent que le Maroc a mal géré le carrefour des attentats terroristes perpétrés en France et qu’il n’a pas su contourner et dépasser le sentiment d’insécurité inspiré par la montée en puissance de l’État islamique «Daech». Ainsi, bien qu’étant loin de toutes menaces la destination Maroc en a fait les frais.
En chiffres, cela se traduit par un nombre d’arrivées de touristes aux postes frontières en forte baisse de 3,9% par rapport à celui de 2014. Plus en détails, les pays émetteurs de touristes ont été peu nombreux à enregistrer des variations en hausse.
C’est ainsi que les arrivées de touristes en provenance de France et d’Italie ont affiché des résultats négatifs avec des baisses respectives de 8 et 10%.

Taux d’occupation et recettes en berne

Le taux d’occupation, à fin novembre 2015, ne fait guère plus d’étincelles.
Il a enregistré une baisse de trois points par rapport à la même période en 2014 pour se situer à 41%.

À ce titre, l’Office des changes souligne, pour sa part, que durant les onze premiers mois de 2015, les recettes générées par l’activité touristique des non-résidents au Maroc se sont chiffrées à 54,9 milliards de dirhams contre 55,1 milliards de dirhams en 2014, soit une régression de 0,9%.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *