Guelmim : 16,3 millions DH débloqués par l’INDH

Guelmim : 16,3 millions DH débloqués par l’INDH

32 projets programmés au niveau de la province

Un total de 32 projets ont été programmés au niveau de la province de Guelmim, dans le cadre de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), au titre de l’année 2017, pour un investissement global de plus de 16,13 millions de dirhams (MDH), dont une contribution de l’INDH de 13,9 MDH environ.

Selon des données rendues publiques par la Division de l’action sociale (DAS) de la province de Guelmim, le programme transversal prévoit 17 projets d’une valeur globale de plus de 6,9 millions DH, dont une contribution de l’INDH de 5,69 MDH, précise-t-on de même source.

S’agissant du programme de lutte contre la pauvreté dans le monde rural, 11 projets ont été retenus pour un investissement de plus de 6,65 MDH, dont environ 5,61 MDH assurés par l’INDH, tandis que le programme de lutte contre la précarité a connu la programmation de 4 projets d’un investissement de plus de 2,55 MDH.

Durant la période 2005-2015, un total de 766 projets ont été programmés au niveau de la province de Guelmim dans le cadre de l’INDH, pour un investissement global de 531,7 millions DH, dont une contribution de l’INDH de plus de 184 MDH. Ces projets concernent le programme de lutte contre l’exclusion sociale dans le milieu urbain (249 projets) pour un investissement de 324,3 MDH, l’INDH ayant contribué avec plus de 83,8 MDH.

Concernant le programme transversal, 207 projets d’une valeur globale de 84,9 millions DH ont été programmés. L’INDH a contribué audit programme avec plus de 37,8 MDH.

Pour le programme de lutte contre la pauvreté dans le monde rural, 214 projets ont été retenus pour un investissement de 68,3 MDH, dont 33,4 MDH sont assurés par l’INDH, tandis que le programme de lutte contre la précarité a connu la programmation de 96 projets d’un investissement de 54,12 MDH, dont plus de 29,8 millions DH financés par l’INDH.

Ces différents projets ont porté sur l’amélioration des conditions d’accès aux services et infrastructures de base, tels que l’éducation, la santé, l’assainissement, l’électrification et l’environnement, les activités génératrices de revenus (AGR), l’animation socioculturelle et sportive, la formation et le renforcement des compétences, le renforcement de la bonne gouvernance et des compétences locales et l’intégration des acteurs locaux dans le tissu économique et social. 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *