Guelmim-Oued Noun: Les potentialités de la région expliquées à des investisseurs chinois

Guelmim-Oued Noun: Les potentialités de la région expliquées à des investisseurs chinois

Le président du Conseil régional de Guelmim-Oued Noun, Abderrahim Bouaida, s’est entretenu mardi avec une délégation d’investisseurs chinois intéressés par cette région.

Cette délégation, composée de représentants d’entreprises chinoises pionnières et de personnalités économiques, a pris connaissance des potentialités économiques de la région de Guelmim-Oued Noun et des facilités offertes par le Maroc aux investisseurs étrangers, en vue de renforcer le partenariat entre les deux pays dans le domaine économique.

Lors de cette réunion, Abderrahim Bouaida a passé en revue les opportunités d’investissement que recèlent les provinces du Sud en général et la région de Guelmim-Oued Noun en particulier dans plusieurs domaines, appelant, à cette occasion, les hommes d’affaires chinois à tirer profit de ces atouts à travers le développement de projets de partenariat avec leurs homologues marocains.

Cette région qui occupe 18% du territoire national a tous les atouts pour devenir un véritable pôle économique. En plus du secteur de la pêche maritime, générateur d’une structure industrielle en perpétuel développement dans la province de Tan Tan, cette région dispose d’un littoral qui s’étend de Cap Takoumba au nord à Oued El Waâer (sud) sur 170 km, ce qui est de nature à permettre le développement de certains créneaux, comme le tourisme balnéaire et la pêche maritime.

La région dispose d’une richesse minière diversifiée (or, zircon, titane, fer, plomb et marbre de bonne qualité), de terres arables sur une superficie de plus de 210.000 ha, de vastes pâturages estimés à 6 millions d’hectares, un cinquième de la richesse nationale en palmeraies, des conditions appropriées pour la production d’énergies renouvelables (300 jours ensoleillés, des vents dont la vitesse peut atteindre 9 m/s).

En ce qui concerne les infrastructures, la région dispose de cinq zones industrielles, alors que d’autres sont programmées. Il y a également un réseau routier long de 4.761 km qui fera l’objet, incessamment, d’une opération d’élargissement et de renforcement, quatre aéroports et un port qui occupe la deuxième place nationale en termes de débarquement et la première en termes de valeur et assure près de 17.000 postes d’emploi directs en pêche maritime.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *