Habitat insalubre : Traitement de choc

Connaissant une croissance urbaine très rapide, Casablanca a vu, ces dernières décennies, fleurir des logements à caractère spontané et anarchique aux côtés d’habitations organisée et à architecture moderne.
Pour venir à bout de ce phénomène négatif que sont les bidonvilles et qui «souille» l’image de la capitale économique, le gouvernement et les autorités locales, guidées par les hautes directives de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, s’attellent à la mise en oeuvre d’un plan d’action de grande envergure.
C’est ainsi que le Souverain vient de donner le coup d’envoi des travaux du projet «An-Nakhil», destiné à reloger les habitants des bidonvilles du douar portant le même nom. Plus précisément, ce projet verra la réalisation de quelque 2.343 unités dont 1.250 logements sociaux érigés en l’espace de 30 mois environ et sur une superficie de 14 hectares. Le coût total du projet «An-Nakhil» s’élève à 328 millions de dirhams et sa réalisation se fera dans le cadre d’un partenariat avec le secteur privé.
Lors de la cérémonie du coup d’envoi, Sa Majesté le Roi était entouré de MM. Ahmed Taoufiq Hejira, ministre délégué chargé du Logement et de l’Urbanisme, M’hamed Dryef, wali de la région du Grand Casablanca, Allal Sekrouhi, gouverneur de la province de Nouaceur, le directeur général de l’Office national des aéroports, d’autres gouverneurs et conseillers provinciaux, ainsi que des cadres du ministère du Logement et de l’Urbanisme. Pour M. Hejira, la lutte contre l’habitat insalubre commence à donner ses premiers fruits avec le projet «An-Nakhil», précisant aussi qu’«avec la mobilisation du foncier public et des fonds de garantie on peut arriver à des mensualités de 500 Dh pour accéder à la propriété d’un logement».
Par ailleurs, et comme l’a rappelé M. Sekrouhi, ce projet s’inscrit aussi dans le cadre d’une opération intégrée visant la mise à niveau de la ville de Nouaceur pour en faire un pôle technologique. «L’aéroville de Nouaceur reflète l’image du Maroc moderne d’où la nécessité de la mettre à niveau pour relever les défis de la compétitivité internationale», a déclaré le gouverneur de Nouaceur. Tel qu’il a été voulu par Sa Majesté et son gouvernement, le programme prioritaire d’éradication de l’habitat insalubre dans la wilaya du Grand Casablanca implique trois grands chantiers : arrêter la prolifération de l’habitat insalubre et anarchique, multiplier les offres pour agir contre le recours aux formes non réglementaires d’habitat et régulariser la situation de 860.000 ménages vivant dans des bidonvilles ou dans des logements très vétustes.
Dans sa globalité, ce programme prévoit la construction de huit projets au profit de 23.300 ménages, dont 12.500 vivent actuellement dans des bidonvilles et 10.800 dans des quartiers sous-équipés. Sont concernés les habitants de Douar As-Sakouila et Thomas, ainsi que des bidonvilles de Nouaceur, Al Fida, Derb As-Soltane, Ain Chock et de la zone industrielle de Sidi Bernoussi. Outre ces relogements, est également prévue la restructuration des douars Al Massaoudi à Sidi Abderrahmane et des quartiers Lahraouyine et Lamkansa. A noter, enfin, que la première tranche de ce programme concerne 106.500 ménages répartis sur 10 villes (Casablanca, Témara, mais aussi des provinces du sud) soit quelques 550.000 habitants. Sa réalisation s’étendra sur 5 ans (2004-2008) et nécessitera une enveloppe de 5 milliards de DH.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *