Haut-Atlas : Un Programme de développement territorial durable dans le pipe

Haut-Atlas : Un Programme de développement territorial durable dans le pipe

Un atelier régional s’est tenu mercredi à Agadir sur les projets susceptibles de s’inscrire dans le cadre du programme de développement territorial durable du Haut-Atlas, et qui concerne quatre régions du Royaume.

Cet atelier de concentration avec les acteurs du territoire s’inscrit dans le but d’appréhender et de définir des projets de territoire qui émanent et reflètent le regard des acteurs locaux par rapport à leurs territoires. D’après les initiateurs de cet atelier, la montagne revêt un intérêt particulier dans la politique nationale, compte tenu de son rôle déterminant dans le développement socio-économique du pays.

Cette importance accordée aux zones de montagne trouve son fondement par le fait que les pouvoirs publics sont plus que jamais convaincus de considérer l’appréhension du développement de la montagne selon une logique visant l’intégration des espaces montagneux dans l’enceinte d’un développement durable, efficace et homogène via des outils de planification territoriale qui prennent en considération les spécificités de chaque région. Pour eux c’est dans ce cadre que le ministère de l’aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, en l’occurrence la direction d’aménagement du territoire, a engagé une expertise pour la réalisation du programme de développement territorial durable du Haut Atlas qui a été attribué au bureau d’étude AREA par voie d’appel d’offres.

Cette étude a pour objectif de tracer les choix prioritaires à conduire pour parvenir à un développement territorial durable cohérent et efficace du Haut Atlas selon une vision intégrée basée sur une approche territoriale qui concilie territoire, hommes et ressources. L’aire de cette étude couvre quatre régions: Souss-Massa, Marrakech-Safi, Drâa-Tafilalet et Beni Mellal-Khénifra.

Le document devra répondre à plusieurs objectifs spécifiques, en l’occurrence la gestion rigoureuse du patrimoine à travers la rationalisation de l’utilisation des ressources naturelles et la valorisation du potentiel existant, la création d’un dynamisme local par le ciblage des aiguillons de développement permettant de favoriser une compétitivité intra et inter communale efficace, l’amélioration des conditions de vie de la population locale, ainsi que la sauvegarde de l’image identitaire du Haut Atlas tenant compte de ses valeurs culturelles, écologiques, environnementales et paysagères.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *