HCP : Le secteur primaire sauve la mise

HCP : Le secteur primaire sauve la mise

Le besoin de financement de l’économie nationale s’est allégé au troisième trimestre 2013. C’est ce que souligne le Haut-commissariat au Plan (HCP) dans sa note d’information sur la situation économique. Cet allégement est tiré par le redressement de l’investissement brut dont le niveau a atteint les 35,1% du PIB contre 34,6% une année auparavant.

Pour la même période, le Produit intérieur brut s’est accru de 4% en volume au lieu de 2,9% de la même période de l’année 2012. Le revenu national brut disponible s’est amélioré, pour sa part, de 6,6%. La consommation finale à prix courant s’est située, quant à elle, à 5,4%, tandis que l’épargne nationale a atteint 26,4% du PIB contre 24,7% une année auparavant.

Compte tenu de ces indicateurs, la croissance économique nationale a maintenu son équilibre au troisième trimestre 2013. Une évolution principalement soutenue par l’activité agricole. Selon le dernier bilan du HCP, le secteur primaire enregistre un net rebond affichant une valeur ajoutée agricole de 19,9% contre une baisse de 8,5% observée une année auparavant. En contre-partie, les activités non agricoles ont connu une régression. Le ralentissement est évalué à 1,6% contre 4,7% . La valeur ajoutée du secteur a donc baissé de 0,5% contre une hausse de 2,3%.

Le Haut-commissariat au plan attribue cette baisse à plusieurs facteurs, relevant dans ce sens la diminution de la valeur ajoutée de l’industrie d’extraction de 3,2% au lieu d’une hausse de 4,7% ainsi que la persistance de la baisse de la valeur ajoutée de l’activité du BTP passant de 0,5% à 0,2%. La stagnation de la valeur ajoutée des industries de transformation a également contribué au repli de l’activité du secteur secondaire. L’activité de l’électricité et eau a également affiché un net recul passant de 9,9% durant le troisième trimestre de l’année précédente à 1,9% au troisième trimestre 2013. Le secteur tertiaire a également connu une décélération de sa valeur ajoutée. Sa croissance est passée de 2,8% contre 5,8% observée au même trimestre de l’année précédente.

Dans ce sens, les postes et télécommunications ont affiché une croissance de 8,9% contre 27,1%. Les services rendus aux ménages et entreprises ont évolué de 2,4% au lieu de 4,9%. Les services financiers et assurances ont affiché pour leur part une progression de 0,2% au moment où les services de l’éducation, de la santé et de l’action sociale sont passés de 4,9% à 2% au troisième trimestre 2013.

La même évolution a été constatée au niveau des services rendus par l’administration publique générale et sécurité sociale basculant de 6,3% à 2% audit trimestre. En revanche, l’amélioration était au rendez- vous pour les hôtels et restaurants 4,4%, les transports 2,9% et commerce 3,1%. De même, les échanges extérieurs de biens et services ont contribué positivement à la croissance nationale. Les exportations ont affiché une performance de 5,6% contre 4% au moment où les importations ont grimpé de 0,6% à 2% au titre du troisième trimestre 2013.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *