Hermès confirme ses prévisions malgré la crise

Hermès, qui publie des résultats 2008 supérieurs aux attentes, maintient sa prévision d’une stabilité des ventes à taux constants en 2009 malgré la dégradation de la conjoncture mondiale.
Signe de la confiance du groupe de luxe dans sa capacité de résistance face à la crise, Hermès maintiendra cette année ses investissements au même niveau qu’en 2008, ce qui pèsera légèrement sur sa rentabilité opérationnelle. «Si nous maintenons notre chiffre d’affaires au niveau de 2008, notre marge opérationnelle pourrait légèrement baisser», a déclaré lors d’une interview à Reuters Mireille Maury, directrice financière du groupe. Elle a précisé que les investissements avaient atteint 160 millions d’euros l’an dernier et qu’ils seraient maintenus au même niveau cette année. Le groupe de la rue Saint-Honoré, deuxième acteur mondial du luxe par la capitalisation boursière, après LVMH et devant Richemont, prévoit ainsi d’ouvrir ou de rénover plus d’une vingtaine de magasins, notamment en Asie et aux Etats-Unis. En 2008, il avait en ouvert 12 et rénové 13. Hermès a annoncé que la tendance de ses ventes observée au début de l’année était «en ligne avec son objectif de stabilité du chiffre d’affaires» pour 2009 et a précisé que ses ventes étaient en «légère croissance» à la fin février grâce à l’évolution favorable des taux de changes. A taux constants, le chiffre d’affaires est cependant en légère baisse, affecté par un recul des ventes aux réseaux de distribution (grands magasins, parfumeries, horlogerie), alors que l’activité a progressé dans les magasins du groupe, qui représentent une très large part (71%) de son chiffre d’affaires. «Dans les réseaux spécialisés, il y a un phénomène de prudence des achats et vraisemblablement des effets de déstockage», a précisé Mireille Maury. Elle a également déclaré que les ventes des deux premiers mois de 2009 avaient été «très dynamiques» en Asie, hors Japon «où elles ont poursuivi leur tendance à la baisse observée au 4e trimestre 2008» (où elles ont reculé de 12%). Elle a précisé que les ventes «restaient en croissance» aux Etats-Unis et en Europe, mais qu’elles étaient «plus affectées par la crise en Russie», où Hermès vend par le biais de concessionnaires.
Compte tenu d’une base de comparaison très élevée au premier trimestre 2008 (la plus élevée de l’an dernier), les analystes estiment que la performance du début 2009 témoigne de la capacité de résistance du groupe à la crise mondiale. «En dépit d’une base de comparaison particulièrement défavorable, le chiffre d’affaires diminue légèrement à fin février à taux de change constants, avec néanmoins une progression dans les magasins du groupe», soulignent les analystes d’Oddo dans une note.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *