High-tech : IAM et Méditel boostent le marché

High-tech : IAM et Méditel boostent le marché

L’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) a désigné, dans sa décision du 17 avril 2006, Maroc Telecom et Médi Telecom en tant qu’exploitants exerçant une influence significative sur le marché de terminaison mobile, pour l’année 2007. Les deux opérateurs nationaux répondent positivement aux obligations du marché. Ils répondent d’abord aux demandes d’accès raisonnables à leurs réseaux, orientent ensuite les tarifs de terminaison mobile vers les coûts, conformément à la nomenclature des coûts pour les réseaux mobiles. Enfin, ils publient, annuellement, une offre technique et tarifaire de terminaison mobile dans leurs réseaux. Il faut savoir que les principales postes de coût d’un opérateur mobile se présentent sous une nomenclature bien définie par l’ANRT. Il y a, d’un côté, les activités de réseau. C’est-à-dire la planification, la construction, l’exploitation et la maintenance du réseau. Et d’un autre côté, l’achat d’interconnexion aux opérateurs tiers, fixes ou mobiles et dont le montant dépend du volume de trafic sortant. Les activités de marketing, de vente et de fidélisation doivent par ailleurs, correspondre aux coûts de marketing, des ventes et des achats de terminaux pour les nouveaux abonnés. L’opérateur doit penser aussi à son service après-vente à la facturation et au recouvrement. Ce poste correspond, pour les produits de détail comme pour les ventes de gros, aux activités de comptage, de facturation, du recouvrement et du contentieux. Il doit pouvoir distinguer les coûts de facturation et de recouvrement liés à l’activité de détail de l’opérateur et de ceux qui sont liés à son activité d’interconnexion.
Les activités communes et de structure liées aux frais de siège, aux frais fiscaux, aux bâtiments administratifs et mixtes, au transport du personnel… sont autant importantes, selon l’ANRT.


 Recettes d’un opérateur mobile


Les recettes d’un opérateur mobile relèvent principalement de deux activités complémentaires qui permettent de recouvrer les coûts liés à ces activités :
– Les revenus d’interconnexion et d’accès qui correspondent à l’écoulement du trafic entrant sur le réseau de l’opérateur mobile et issu d’opérateurs tiers. Ces revenus rémunèrent ainsi l’opérateur mobile pour la terminaison d’appel et sont facturés aux opérateurs interconnectés.
– Les revenus de détail qui correspondent aux revenus perçus des clients finals : frais de mise en service, abonnements, revenus tirés des différentes formules tarifaires. Ces revenus sont facturés au client final directement ou via un distributeur ou une société de commercialisation de services.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *