High-tech : La Route du Rhum cingle vers Internet

High-tech : La Route du Rhum cingle vers Internet

Une transatlantique virtuelle, reproduisant les conditions de la Route du Rhum, rassemble actuellement sur Internet 50.000 skippeurs "accros" de la traversée en solitaire. Les internautes, à la barre de "Petit Ragondin", "Raz de Marée", "Fangio" ou encore "Vol au Vent", surfent sur les vagues d’un succès qui dépasse les espoirs des organisateurs Orange et France 3.  Après avoir choisi son catamaran, la couleur de ses voiles puis son cap, le marin virtuel prend le large, sans ciré et sans nourriture lyophilisée, dans le sillage des vrais navigateurs. Au passage, certains skippeurs fortunés ont pu acquérir un pilote automatique pour cinq euros ou un paquet d’options à dix euros qui leur permet de communiquer par SMS. Les mini messages ont pour but de signaler des problèmes à bord ou de se moquer d’un concurrent que l’on vient de dépasser dans le sprint vers Pointe-à-Pitre. Directeur de la communication du Comité national olympique du sport français (CNOSF), Renaud Leplat, 41 ans, qui n’a pour l’instant fait que quelques ronds dans l’eau, a mordu à l’hameçon. «Le jeu est avant tout très simple à comprendre, donc très accessible. Etre dans les conditions de course réelle est très excitant. On s’y bat à la régulière. A cinq heures et demie du matin, lorsque je me lève, je m’occupe avant tout de mon bateau. Et ensuite, dès que je peux dans le courant de la journée», raconte Renaud Leplat. «J’ai l’impression de participer à la même aventure que les vrais skippeurs. En plus, j’apprends quantité de choses sur les rudiments de voile. J’espère terminer dans les cent premiers», poursuit le patron d’Olympic Star, un petit catamaran.
Coopérant installé à Rabat au Maroc, Richard Zabot, 36 ans, a été mis sur la piste de cette transatlantique virtuelle par un coup de téléphone de ses parents en France.Ce propriétaire de "La Mouette", ancrée aux Iles des Embiez, se décrit comme un "mordu de voile plus qu’un mordu des jeux sur Internet". Poussé par la curiosité avant d’être poussé par les alizés, le Normand s’est connecté et a largué les amarres, hissant trinquette et spi avec sa souris. «Ce jeu me paraît plus intelligent que de vouloir dégommer des Irakiens à la grenade. Il nous fait partir, rêver et apprendre quantité de trucs sur la voile», affirme-t-il. «En plus, dans un pays maritime comme le Maroc où la voile ne fait pas recette, ce jeu nous permet de faire de la voile à pas cher», ajoute-t-il en souriant. Le jeu a été inventé par Philippe Guigné, 36 ans, ex-régatier, en l’espace d’un petit mois. L’inscription à cette transatlantique virtuelle est close depuis 13h02 vendredi, soit exactement cinq jours après l’heure officielle du départ de Saint-Malo.  Alors que le huitième Rhum semble tendre les bras à Lionel Lemonchois sur Gitana Xl, un "Petit Baigneur" vogue dare-dare dans son sillage. La course virtuelle est visible sur le site officiel de la Route du Rhum: www.laroutedurhum-labanquepostale.com avec un lien "Transat Virtuelle".

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *