High-Tech : Le e-management en question

High-Tech : Le e-management en question

Des équipes de recherches spécialisées dans  »la gouvernance territoriale, la formation-emploi et le développement durable », animeront des débats sur l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC), notamment l’Internet, pour optimiser les services administratifs. Une optimisation qui permet de mettre les différents services administratifs (ministères, administrations, collectivités locales) à la portée d’un simple clic du citoyen prestataire d’un service public.  »En 1992, le vice-président américain, Al Gore, appelle l’Administration américaine à se réinventer à travers le e-gouvernement. Très vite, d’autres pays reprennent cette perspective à leur compte et l’année 2005 a été choisie par plusieurs gouvernements comme date significative pour la généralisation du phénomène », indiquent les organisateurs de la manifestation. Le Maroc n’est pas à la traîne dans cette nouvelle orientation visant à assurer une meilleure efficience de l’Etat. Et de préciser à cet égard que dans  un rapport de l’ONU paru en 2003, le Maroc figurait à la 64ème position au niveau international en matière de e-management. Une place qui l’honore parmi les 191 pays considérés par le classement.
Selon les initiateurs de la manifestation, les études démontrent que le Maroc est en mesure de faire mieux, compte tenu de toutes les potentialités dont  il dispose, notamment le niveau d’équipement en outils informatiques, le développement du secteur des télécommunications et les ressources humaines qualifiées. Cette rencontre est l’occasion de faire un état des lieux du e-management public dans le monde et au Maroc et de voir dans quelle mesure les  expériences peuvent être adaptées, indiquent les organisateurs. Parmi les sujets d’intérêt de cette rencontre figure l’aspect légal et juridique du e-management. La responsabilité administrative, la valeur légale des documents électroniques et de la signature électronique, les questions de la confidentialité, des contentieux, de la législation, des conditions du télétravail, sont autant de sujets qui seront débattus par des juristes à l’occasion de cette rencontre. Les travaux du colloque seront répartis autour de trois axes portant sur   »Les technologies et ingénierie du e-management »,  »L’impact socio-économique  du e-management » et  »Le e-management face à l’arsenal juridique ». A rappeler que l’arrondissement de Bni-Makada à Tanger compte parmi les premières administrations communales au Maroc qui offrent des services électroniques via le Net. Les habitants de la commune sont en mesure d’obtenir des actes de naissance auprès du service concerné via une adresse Web. Ce e-service a été créé dans le cadre d’un projet de coopération avec l’Association internationale des maires des villes francophones.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *