High-tech : Le syndrome de la souris enragée

Un article du très sérieux EETimes met en avant un mal funeste qui se propagerait parmi les Geeks et autres surfeurs moins intensifs : le Mouse Rage Syndrom ! Déjà, vous souriez moins…
Comment le contracter ? Les motifs d’inquiétude sont multiples : d’abord le site doit être mal conçu, c’est-à-dire mal agencé et peu ergonomique. L’intrusion de publicités intempestives, type pop-up intrusives ou déjouant les paramètres de vos filtres, menace également votre santé. Enfin, la paralysie d’un site, en attente de chargement
ou tout simplement figé, sans que les barres de chargement ne donnent signe de vie, participe à la contamination. Fréquentez-vous de pareils sites ? Alors, foncez consulter un généraliste.
Les symptômes se détectent rapidement : accélération du rythme cardiaque, sudations accrues, clics à répétition et frénétiques, et tout particulièrement un déplacement inutile et violent de la souris sur son tapis… En clair, perte de patience, énervement, et insultes, ce qui dans un bureau vous ferait passer aisément pour un psychotique. D’autant que la méconnaissance de cette maladie pousse les victimes à se taire, et toute honte bue, elles se cloîtrent dans la solitude, refoulant une rage malsaine. Et ensuite c’est le cœur qui prend.
Certains rédacteurs dans nos locaux ont déjà pris des arrêts maladie, par précaution.
Tout ceci n’est pas une plaisanterie. Des chercheurs du Social Issues Research Centre (SIRC) britannique ont montré que : « Les sites web mal conçus pourraient provoquer des troubles chez les internautes ». Pour ce faire, les cobayes furent confrontés à un site exceptionnel puis à d’autres, passablement pollués par les différents points évoqués plus haut. Et des signes d’anxiété autant que d’agacement ont alors fusé, allant donc jusqu’à injurier un écran, bien en peine de vous comprendre…
Pour les 2500 internautes qui prirent part à cette expérience, les conséquences sont sans appel : rapidité, fonctionnalité et précision seraient alors les trois critères nécessaires à un surf serein pour éviter ce que l’on nomme terriblement le syndrome de la souris enragée.
Messieurs les développeurs, à bon entendeur…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *