High-tech : OVNI : les archives mises sur internet

High-tech : OVNI : les archives mises sur internet

Le Centre national d’études spatiales (CNES) va mettre progressivement en ligne, à partir de fin janvier 2007, ses archives sur les soucoupes volantes, bien conscient que cette initiative ne suffira pas pour calmer les critiques qui entourent sa gestion du dossier.
«On va nous dire que cela a été mal fait, que l’on continue à cacher des choses», se résigne par avance Jacques Patenet, responsable au CNES pour les phénomènes aérospatiaux non identifiés (PAN). «Beaucoup de passionnés se font des illusions sur le contenu de ces archives », relève-t-il.
Pour l’essentiel, ces documents consistent en plus de 3.000 procès-verbaux de gendarmerie. Plus de 100.000 pages qu’il a fallu numériser et traiter, pour en éliminer, comme le veut la loi, toutes les données nominatives.
«Il ne faut pas s’attendre à des scoops», prévient M. Patenet.  «Les cas les plus curieux ont déjà fait l’objet de publications de la part d’associations et je ne pense pas que l’on puisse apporter grand-chose de plus». Pierre Lagrange, un anthropologue spécialisé dans les para- sciences, estime que l’initiative va permettre «de faire la transparence sur le peu qui a été fait» au CNES sur les soucoupes volantes. «Les gens vont être vite ennuyés par cette succession de rapports de gendarmes», pronostique-t-il. «Il ne s’est pratiquement rien passé depuis des années au CNES. Le poste était considéré comme un placard et personne ne voulait y toucher», a ajouté M. Lagrange, en rendant hommage aux efforts de M. Patenet. Ces activités étaient d’autant plus discréditées au sein du CNES que leur responsable dans les années 80 et 90, Jean-Jacques Velasco, avait pris publiquement position en faveur de l’existence d’extraterrestres. S’il se félicite de l’initiative du CNES, Christian Morgenthaler, le président de l’association alsacienne Spica (Sciences et phénomènes insolites du ciel et de l’aéronautique), ne «se fait pas trop d’illusions» sur le contenu des archives. Mais on ne sait jamais… «Le CNES, en tant qu’organisme officiel, a plus de facilités que nous pour accéder à des sources d’informations officielles, comme l’armée et la gendarmerie», ajoute-t-il. Le premier cas d’OVNI officiellement recensé en France remonte à 1937, mais le phénomène des objets volants non-identifiés a surtout pris de l’ampleur à partir de 1954. Une autre vague d’observations est intervenue en 1970. Selon M. Patenet, les canulars sont extrêmement rares: un cas avéré en 1979, peut-être deux à trois cas au total. «Le témoin d’un tel phénomène est sincère même s’il se trompe dans l’évaluation de ce qu’il a vu». Le CNES ne travaille pas sur les phénomènes de champs couchés (par l’atterrissage d’éventuelles soucoupes volantes), qui restent très rares en France, alors qu’ils sont extrêmement communs en Grande-Bretagne.
   

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *