décembre 15, 2017

 

Holmarcom s’offre la Somathes

Holmarcom s’offre la Somathes

En deux semaines, Holmarcom a investi 689 millions de dirhams. Le groupe de la famille Bensaleh s’agrandit et s’ouvre sur d’autres activités. En annonçant au début du mois de juillet la création de deux terminaux céréaliers, dans les ports de Casablanca et Jorf Lasfar, avec 150 millions Dh, ce holding vient d’acquérir la Société marocaine du thé et du sucre «Somathes», au prix de 539 millions Dh. En pleine expansion, Holmarcom a réussi donc face à des candidats comme le groupe Ynna Holding, Savola opérant dans le secteur des huiles de table et Cosumar qui n’est autre que le repreneur des quatre sucreries de l’Etat en septembre 2005. Inscrite, par voie législative, sur la liste des entreprises privatisables en 2003, la «Somathes» est spécialisée dans l’importation, le conditionnement, le stockage et la commercialisation du thé et du sucre.
Des denrées alimentaires faisant partie des produits les plus consommés par les Marocains.
D’ailleurs, c’est l’un des aspects essentiels qui a attiré ces candidats pour la cession de 100% par l’Etat du capital de la «Somathes». Cette entreprise est connue à travers ses marques de thé par le consommateur marocain. Une position stratégique qui assure d’ores et déjà une belle part dans le marché.
L’offre «Somathes» est aussi intéressante dans le volet foncier. Ce patrimoine est basé dans les grandes villes du Maroc, garantissant ainsi une bonne distribution. À l’embouchure de l’autoroute Casablanca-Rabat, le siège de Casablanca a pignon sur rue, sans oublier bien évidemment les représentations principales d’Agadir et de Fès.  En 2005, «Somathes» a réalisé un chiffre d’affaires de 283 millions de dirhams et un bénéfice d’exploitation de 46 millions de dirhams. Un chiffre d’affaires en baisse puisqu’en 2002, il avait atteint 335 millions de dirhams. C’est donc une année après, en 2003, que le ministère des Finances et de la Privatisation a procédé à son inscription sur la liste des entreprises privatisables. Pour cet appel d’offres lancé en avril dernier, la Commission des transferts des entreprises publiques privatisables, et à sa tête Fathallah Oualalou, ministre des Finances et de la Privatisation, a tranché, le mardi 18 juillet. Les Bensaleh s’offrent ainsi une nouvelle occasion pour élargir le champ d’intervention de leur holding. Les propriétaires, entre autres, de la marque Sidi Ali et Oulmès, héritent aussi d’un effectif de 346 salariés.


 Holmarcom : deux terminaux
céréaliers


À travers sa filiale Masse céréales Al Maghreb, Holmarcom compte créer deux terminaux céréaliers. Le premier au port de Casablanca, d’une capacité de 64 millions de tonnes, et le second à Jorf Lasfar avec une capacité de 50.000 tonnes. Un projet d’un coût global de 555 millions Dh. Le financement est de 150 millions de DH de fonds propres, tandis que le reste (405 millions Dh) est assuré par un collectif de banques.
Il s’agit précisément d’Attijariwafa bank, Crédit agricole, Crédit du Maroc et la BMCE Bank. Le délai de réalisation est de 18 mois à Casablanca et 15 mois à Jorf Lasfar.


Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *