Hommage : Feu Ahmed Kabbaj, un pionnier du BTP

Hommage : Feu Ahmed Kabbaj, un pionnier du BTP

Décès du fondateur de SGTM

Un crayon à la main et une feuille de route ainsi qu’un savoir-faire et une science à l’esprit ; tels étaient les ingrédients du défunt pour concevoir ses projets. Une manière simple et intelligente à la fois pour transmettre son savoir-faire sophistiqué à son équipe, voire son entourage.

La Société générale des travaux du Maroc (SGTM) vient de perdre sa pierre angulaire. Son fondateur, Ahmed Kabbaj, nous a quittés tout récemment à l’âge de 76 ans, suite à un malaise cardiaque, qui a décidé les médecins à l’admettre dans le coma, 10 jours avant son décès à l’hôpital Cheikh Khalifa à Casablanca. Hélas, le destin était plus fort !

A l’origine de l’aéroport de Mohammed V

De son vivant, le président-directeur général défunt, ingénieur lauréat de l’école des Ponts et Chaussées de Paris, a fondé la SGTM en 1971 avec son frère cadet M’Hamed Kabbaj. Son entreprise, connue pour être familiale, emploie environ 10.000 personnes. Des employés qui œuvrent selon le credo du défunt qui ne jurait que par le professionnalisme. Un tel sérieux a valu à la SGTM la renommée et le succès des projets qu’elle conçoit.

Au Maroc, il est connu pour avoir construit la première version de l’aéroport Mohammed V. Le défunt a également conçu la modernisation de cette grande infrastructure. Mieux encore, il a érigé le beau siège du ministère des affaires étrangères et de la coopération internationale. De plus, Feu Ahmed Kabbaj a été à l’origine de la construction de Dar Assaka, sur la route de Meknès.     

Mais ce n’est pas tout ! Les tunnels, les chantiers du Groupe OCP de Jorf Lasfar, les viaducs de la Ligne à grande vitesse (LGV), le port de Safi et la Marina de Casablanca entre autres portent l’empreinte du défunt. De quoi faire la notoriété de la SGTM  non seulement au niveau national mais aussi international.

Rigueur quand tu nous tiens…

Ceux qui ont côtoyé le PDG défunt témoignent davantage de sa rigueur. Il a constamment été aperçu dans les chantiers portant des bottes. Un crayon à la main et une feuille de route ainsi qu’un savoir-faire et une science à l’esprit ; tels étaient les ingrédients du défunt pour concevoir ses projets. Une manière simple et intelligente à la fois pour transmettre son savoir-faire sophistiqué à son équipe, voire son entourage. Aussi, la technicité et l’application sont les clés du succès du parcours de l’homme. Des mots qu’il a inculqués à ses troupes et proches. Le tout avec délicatesse et tendresse.

L’affect allié à l’intellect

Feu Ahmed Kabbaj était également connu pour son affection à l’égard de son entourage. Un sentiment qu’il laissait voir en partageant également ses points de vue puisque le défunt était, de plus, intellectuel. Il est évident pour un ingénieur d’allier cet affect à l’intellect puisque les deux sont susceptibles de s’exprimer à travers les œuvres d’art construites. C’est ainsi qu’il a pu être un modèle pour ses confrères. De telles qualités du défunt lui ont également valu l’admiration de ceux-ci non seulement pour son intellect mais aussi pour sa joie de vivre au fil de l’âge ainsi que pour son sens de l’humour par lequel les Fassis, puisqu’il en est un, sont connus. De quoi surmonter les méandres de la vie et du travail du haut d’une longue carrière couronnée de succès.

A l’égard de sa patrie, il portait des valeurs indéfectibles. Il était d’ailleurs un patriote jusqu’à la moelle. Un attachement qu’il a dû hériter de sa famille, notamment son frère défunt, le grand général Mohamed Kabbaj qui était très proche de Feu SM le Roi Hassan II. Les membres de la famille Kabbaj étant connus pour être de bons serviteurs de l’Etat. 

Un tel parcours ne peut que faire la fierté du défunt ainsi que de sa famille qui doit prendre les rênes de la SGTM à la manière de Feu Ahmed Kabbaj.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *