HP-Compaq : La SEC s’intéresse au vote d’une filiale de la Deutsche Bank

Le procureur général d’un des districts de New York, ainsi que le bureau californien de la Securities and Exchange Commission (SEC), l’équivalent américain de la commission des opérations boursières, s’intéressent de près aux résultats du vote qui a accordé une très faible majorité de « oui » au projet de fusion. Ceux-ci réclament à HP des éclaircissements sur le vote de Deustche Asset Management, une filiale de la Deutsche Bank, qui aurait subitement décidé le jour même de la consultation d’accorder sa bénédiction à la fusion.
Walter Hewlett, principal opposant au projet qui a porté plainte le 29mars devant un tribunal du Delaware pour faire invalider la fusion, accuse Carly Fiorina, P-DG de HP et son entourage, d’avoir fait pression sur Deutsche Asset Management pour forcer la société à leur accorder les faveurs de son vote. Les interrogations de la SEC et du procureur général de New York, sans pour autant être un acte formel d’accusation à l’encontre des dirigeants d’HP, apportent de l’eau au moulin de Walter Hewlett. Dans un mémo transmis à la SEC, HP se défend en expliquant que l’enquête du procureur a été déclenchée «en réponse aux articles de presse concernant le vote sur la fusion lors de l’assemblée générale».
La presse américaine a, en effet, fait ses choux gras la semaine dernière d’un dernier rebondissement dans l’affaire. Le quotidien californien San Jose Mercury News a publié le 10avril l’intégralité d’un message que Carly Fiorina a laissé sur la boîte vocale de son directeur financier Bob Wayman, deux jours avant le vote. Elle y fait part de son inquiétude au sujet de la position de Deutsche Asset Management et de Northern Trust quant à la fusion. «Il se peut que nous ayons à faire quelque chose d’extraordinaire pour leur faire entendre raison», ajoute-t-elle. Qui est à l’origine de cette fuite ? Le quotidien de San Jose assure que le message de Fiorina lui a été transmis par un anonyme. De son côté, HP assure que la société «n’a jamais agi de façon inappropriée».
«Nous restons optimistes quant à notre capacité à conclure la fusion selon le calendrier prévu», c’est à dire d’ici à début mai maximum, précise HP. Pour la première fois depuis que l’affaire a éclaté, Deutsche Asset Management s’est à son tour fendue d’un communiqué le 15avril pour défendre sa position.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *