Humeur : 2005 …et alors ???

2005 …et alors ???
Le compte à rebours est déclenché pour nos Amis restaurateurs et Hôteliers…c’est la fébrilité du grand rendez-vous annuel à ne pas manquer, c’est aussi un peu mettre les petits plats en inox dans les grands plats en argent ! presque l’examen de passage obligatoire !
Pour ouvrir l’appétit et la boîte à … «Pandore » (vous noterez au passage mon sens de l’à propos) d’une soirée que l’on veut joyeuse (pour une fois l’An, on peut rêver !!!). Le plaisir des yeux tout d’abord décorations de fêtes -guirlandes, cotillons, menus imprimés, petit cadeau et petites attentions, bien souvent petite ou grande formation orchestrale- Côté Cuisine menu traditionnel au menu à thème…Nos Chefs font chauffer leurs neurones avant de faire chauffer la marmite et rivalisent de nouveautés – il est vrai que deux ou trois ans nos Toques Blanches ne sont plus obligés de courir à droite et à gauche, de zigzaguer sans fin, de courir le traban côté Tanger pour trouver des Saint Jacques, saumons frais, ou autres chapons dodus, c’est mieux ainsi…
L’imagerie de cette soirée particulière est quasiment calée, les menus (j’allais dire les bans) sont enfin publiés ! la presse s’en fait l’écho…Restera à choisir les vins, assortir les mets aux breuvages de Bacchus ou rester sobre (tolérance restant les maîtres-mots de ce Pays). Nous avions désormais une belle palette d’offres viticoles.
Les licences d’importation toujours données à compte-gouttes mais réelles permettent de complèter une offre diversifiée et cosmopolite. Le tout qui va interroger vos papilles et peut-être réveiller des souvenirs ?
Et entretenir les douces langueurs du Réveillon !!! Souvenirs Souvenirs.
Allez Zou…Bonne année…Mes Voeux ! la santé (que ferait on sans ?), de l’argent (cela va sans dire…mais autant l’écrire !!!), de bons restaurants (évidemment) suivi surtout surtout de quelques petits et grands émois gastronomiques à des prix tempérés, de l’innovation dans notre cuisine marocaine sans décoiffer «ab Chouia »
Mais aussi de belles adresses hôtelières dans un pays prospère et apaisé…
Une pensée aussi et surtout à ceux qui ne pourraient pas faute de moyens financiers fêter le passage à l’année nouvelle, marocains et «vieux » étrangers vivant au Maroc (il y en a plus que l’on ne pense), c’est aussi vers eux que je me tourne !

Vin de champagne…
Vin de fête ! par excellence, nos amis français ne conçoivent pas un passage à l’autre année sans une flûte de ce breuvage à la main. C’est Dom Pérignon moine cistercien qui eu l’idée de génie et à la suite décrivit le processus de champagnisation… qui l’eut cru!
Cru Blanc de blanc pour accompagner pourquoi pas un plateau de crustacés de Oualidia, et autre Brut pour une poularde «demi deuil» évidemment – Ferdinand Point en rougit encore – ou un Chapon bien gras (en fait un jeune coq privé de ses attributs ! et de virilité engraissé aux fins des plaisirs de la table), mieux encore Un cru «demi-sec» pour terminer en beauté avec un dessert ou une glace !
La mode il y a quelques années était au «demi-sec» et au sec, «ce dernier étant très sucré ! actuellement le Champagne Brut est privilègié.
Ma préférence va au Champagne Rosé et au Laurent Perrier Rosé qui cultive l’excellence…la Roll Royce incontestable du moment !
Pour la grande histoire sachez que la cuvée Roederer Cristal fut le champagne servi au célèbre dîner des 3 empereurs ! et la petite histoire…que le krug autre vedette confidentielle de la champagne est récoltée, vinifié après avoir trié grain à grain…un travail de romain !!! Tchin, tchin.

• Pandore

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *